L'info régionale

Réseaux sociaux

Recrudescence de maladies : l’agriculture paie le prix d’une politique irréfléchie

Recrudescence de maladies : l’agriculture paie le prix d’une politique irréfléchie

Dans quel état l’agriculture française sera-t-elle à la fin de cette campagne 2018 ? C’est la question que beaucoup de paysans se posent en cette période de forte recrudescence de maladies et notamment de mildiou.

Les fortes précipitations suivies de fortes chaleurs sont idéales pour le développement des maladies et la pression pathogène a atteint un stade maximal et inédit, notamment dans le Sud de la France peu habitué à ce genre de situation. Si bien que nous pouvons déjà l’affirmer, la consommation de produits phytopharmaceutiques sera en hausse pour 2018 afin de soigner des cultures affaiblies voire meurtries par ces conditions climatiques.

Autres conséquences de ces conditions, de nombreux produits de traitement (qu’importe le type d’agriculture) sont en rupture de stock et dans certaines zones les prix s’envolent (au détriment des agriculteurs) en même temps que la palette de solutions à disposition des agriculteurs s’amenuise,  accentuant le risque de résistance des pathogènes.

La Coordination Rurale tire la sonnette d’alarme et s’adresse directement au gouvernement : il n’est plus possible de supprimer des traitements sans qu’aucune étude d’impact n’ait été réalisée et sans qu’aucune alternative au moins aussi efficace et aussi viable économiquement n’ait été proposée. Ce « jeu » de position idéologique et de communication est en train de tuer l’agriculture française, tout en faisant la part belle aux importations.

Cette situation est d’autant plus visible lorsque, comme cette année, la pression des maladies atteint son paroxysme et que les agriculteurs se retrouvent démunis faute de solutions.

Il est temps que nos gouvernants  soutiennent l’agriculture française et les agriculteurs et mettent fin aux distorsions de concurrence !