L'info régionale

Réseaux sociaux

Rat taupier : La CR dénonce des moyens de lutte dignes du Moyen-Age

Rat taupier : La CR dénonce des moyens de lutte dignes du Moyen-Age

Alors que de nombreux secteurs sont touchés par des pullulations de rats taupiers, la CR 15 déplore le manque de réactivité de l’État concernant les moyens de lutte. Sylvie BONNET le reconnaît elle-même : «  Nous luttons depuis des années contre ce nuisible sans parvenir à le réguler. Le rat taupier c’est 50% de la carrière de mon père mais 100% de la mienne. C’est également un formidable sujet de recherche depuis 50 ans qui fait vivre de nombreux acteurs. Aujourd’hui, les agriculteurs n’en peuvent plus : ils ne veulent plus cohabiter avec et ne veulent plus être les responsables de l’échec de la maîtrise des populations du campagnol terrestre ! Aujourd’hui, notre combat est simple on veut pouvoir tester la mécanisation du ratron GW pour une meilleure efficacité de la lutte !« 

Ainsi, François WALRAET, président de la CR AURA a souhaité interpeller le directeur de la DRAAF sur ce problème:

« Monsieur le directeur,

Je suis à la fois surpris et déçu de la réponse que la DRAAF nous a apportée à propos de la lutte contre le rat taupier. J’ai franchement l’impression que l’Etat ne prend pas ses responsabilités, qu’il traite le sujet avec beaucoup de légèreté et abandonne ses agriculteurs avec leur problème dont l’existence n’est pourtant plus à démontrer.

Depuis des décennies, l’accusation est simple et facile, c’est toujours l’agriculteur qui est responsable de l’échec de la maîtrise de la lutte. Trente ans que l’on tourne en rond en culpabilisant les agriculteurs qui essayent d’exécuter un travail qui n’est pas faisable. M. MICHELIN chercheur à Vetagrosup l’admet lui même, même si on met le plan de lutte en exécution, on ne peut pas garantir d’éviter une pullulation. Il est temps de prendre le problème à bras le corps ! Et pourtant c’est un combat du quotidien pour tous ces agriculteurs qui ont l’impression de faire un retour en arrière au temps de l’esclavagisme.

Suite à la réponse de la directrice adjointe de la DRAAF, nous souhaitons vous exposer un simple problème mathématique:
– En considérant qu’il faut 8000 trous pour être efficace sur un hectare, combien de personnes doit on mobiliser pour traiter 30 hectares en 8 heures (ce que fait une sous soleuse charrue)?
– Pouvez vous estimer le coût financier d’une brigade verte pour 30 hectares en tenant compte du respect de la législation ?
– En sachant, qu’un agriculteur produit en moyenne 17 ballots de foin (270 kg l’unité à l’hectare) à 130 euros la tonne soit un produit de 596 euros l’hectare, est il rentable pour un agriculteur de traiter son champs via une brigade verte ?

Par ailleurs, quelle sera la législation pour l’application du Ratron GW? Faudra-t-il détenir plusieurs agréments comme dans le cadre du PH3 pour avoir des « sous-traitants » avec les coûts que cela engendre?
Face à ce problème évident, nous proposons une solution réaliste et éprouvée dans des pays voisins (Suisse, Allemagne) dont les attentes societales et prises de conscience écologiques sont proches voire supérieures aux nôtres et je ne comprends pas pourquoi les méthodes mises en œuvre là bas ne pourraient pas être testées chez nous. Pourquoi refuserions nous des moyens dignes de notre époque pour lutter efficacement contre les rats taupiers? La seule réponse que vous opposez est un refus, et la constitution de brigades vertes, ou encore mieux, de mettre les agriculteurs sur des mobylettes pour aller plus vite ? Êtes vous bien sérieux ?

Ce n’est pas une réponse digne d’un Etat responsable qui se dit à l’écoute de ses citoyens et qui souhaite régler les problèmes. Je préférerais que vous disiez clairement que vous privilégiez les rats et que vous souhaitez abandonner les agriculteurs impactés. Au moins le discours serait cohérent avec vos décisions.

Je vous demande sincèrement de bien vouloir reconsidérer le problème et donner une suite plus favorable à notre proposition. J’ai pleinement conscience que c’est un problème compliqué mettant en jeu de nombreux acteurs, mais vous avez su faire preuve de bon sens et montrer votre efficacité sur de nombreux sujets, je sais pouvoir compter sur vous pour résoudre celui ci.
Je me tiens à votre disposition pour en discuter et avancer sur ce sujet qui mérite qu’on lui trouve rapidement une solution réaliste et efficace. »