L'info régionale

Réseaux sociaux

Le président national de la CR rencontre le collectif des Vignobles du Sud Roussillon

Le président national de la CR rencontre le collectif des Vignobles du Sud Roussillon

Bernard Lannes, président national de la CR, a fait le déplacement dans les Pyrénées-Orientales le 7 mars dernier pour aller à la rencontre du collectif de 12 viticulteurs coopérateurs ayant porté plainte dans l’affaire de disparition de 6 000 hectolitres de vins à la cave coopérative de Trouillas.

La découverte

Cette rencontre a permis de réaliser un historique de l’affaire. Tout débute en avril 2016 lors de l’amorce de la fusion entre la cave des Vignobles du Sud Roussillon regroupant Trouillas, Bages et St-Jean-Lasseille et la cave de Pollestres. Deux contrôleurs des comptes s’assurent que tout est en ordre et dressent un inventaire. En mai 2016, le pot aux roses est découvert. Les coopérateurs s’aperçoivent alors que les stocks n’ont jamais été vérifiés par les deux commissaires aux comptes.

Les coopérateurs sont condamnés

Les coopérateurs des Vignobles Sud Roussillon d’avant la fusion sont condamnés pour un délit qui ne leur incombe pas et l’intégralité de leurs récoltes est bloquée, pas uniquement les vins doux. Il est à noter que la décision de bloquer les paiements aux producteurs n’a été soumise à aucun vote en conseil d’administration : il s’agit d’une décision du président sur conseil du comptable. Lors de la découverte de cette disparition, le président et le directeur actuels de la cave n’ont peut-être pas négocié correctement avec les douanes. Si ce vin à disparu, la cave ne doit rien aux douanes car il n’est pas soumis aux droits de circulation ! Suite à cette affaire, comme si cela ne suffisait pas, la cave a demandé aux producteurs de régler les frais de vinification de ce vin qui n’aurait peut-être jamais existé ! La CR66 soutient le collectif dans son combat, les viticulteurs ont travaillé les vignes et ont dû faire face aux aléas de la production, ils ont livré leur raisin à la cave et doivent percevoir un salaire en retour.

Les suites

La CR66 a profité d’une rencontre avec le préfet pour évoquer cette affaire. Très évasif, il a simplement signifié qu’il prenait note. Le collectif a engagé un avocat ; une plainte à été déposée auprès du procureur de la République contre le caviste et l’ancien directeur. Soulignons que l’ancien directeur de la cave, ayant quitté ses fonctions avec une prime de départ très conséquente, avait lancé une procédure de changement de régime matrimonial à la découverte de l’affaire. Cette procédure a été bloquée par le parquet. Les suites données à cette affaire devraient être connues d’ici le 25 mars.