L'info régionale

Réseaux sociaux

Pour une agriculture durable et raisonnable

Pour une agriculture durable et raisonnable

Pour que l’agriculture soit réellement durable, il faut prendre en compte l’ensemble des critères – économiques, écologiques et sociaux – sans les opposer entre eux.

La PAC du XXIème siècle doit promouvoir une agriculture durable et raisonnable

La dérive de la PAC a conduit à la spécialisation avec les concentrations d’élevages hors-sol et la rupture avec les assolements agronomiques pouvant aller jusqu’à la monoculture. Cette évolution a ainsi provoqué de gros dégâts à l’environnement. Le projet de PAC 2014 persiste vers une PAC qui n’offre plus de vision à moyen et long terme et les agriculteurs sont livrés à la concurrence sauvage du marché mondial.

La Coordination Rurale (CR) promeut une agriculture raisonnable, permise par un contexte économique favorable redonnant aux agriculteurs les indications fiables dont ils ont besoin pour gérer leur exploitation à moyen et long terme. Il revient à la PAC de donner les bons signaux pour produire le maximum de bons effets et éviter les effets pervers, dans le cadre d’un marché régulé.

La viabilité économique de l’agriculture est garante de l’harmonie sociale et de l’occupation équilibrée des territoires ruraux, éléments incontournables du développement durable. Un contexte économique favorable conduira naturellement les agriculteurs à éviter des pratiques néfastes à l’environnement, pour préserver leur potentiel de production.

Le cercle vertueux de l’agriculture raisonnable

Tous les facteurs interagissent : reconnaître la fonction nourricière des agriculteurs et prendre en compte la qualité et la quantité des productions (car les statistiques montrent sans ambiguïté que l’UE n’est pas autosuffisante sur le plan alimentaire) permettra une augmentation des prix agricoles et donc du revenu à l’hectare. Cela induira une moindre course au rendement et donc des pratiques agricoles « raisonnables » à la recherche de l’optimum et non du maximum, et, par là-même, une amélioration de l’image des agriculteurs auprès des citoyens.

Cette pérennité économique retrouvée par les exploitations agricoles est garante d’une gestion durable de l’espace rural autour d’une agriculture prospère, du développement des nouvelles techniques culturales (TCS : techniques culturales simplifiées) qui remettront en valeur l’agronomie, de l’accroissement de la biodiversité …  La liste n’est pas exhaustive.

Ainsi, la solution aux problèmes environnementaux liés à l’agriculture n’est pas pour la CR exclusivement dans le développement de tel ou tel type d’agriculture, comme par exemple l’agriculture biologique. Tant que le marché ne sera pas régulé, les producteurs français et européens ne pourront pas rivaliser en prix avec les importations à bas coûts venant de pays tiers et ne pourront pas, à terme, survivre économiquement.