L'info régionale

Réseaux sociaux

Pollution de l’air : La CR défend les agriculteurs !

Pollution de l’air : La CR défend les agriculteurs !

La CR Rhône Alpes a été interpellée par le Préfet de région, qui, suite à l’épisode de pollution de l’air aux particules fines du mois de mars, particulièrement intense en vallée du Rhône, souhaite mettre en place une réunion d’échange avec la profession agricole pour « débattre […] et définir les mesures qui seraient à l’avenir à mettre en oeuvre pour assurer la contribution des acteurs agricoles aux efforts de réduction d’émissions en pointe de pollution […]. »!

 

Encore une fois, les agriculteurs se retrouvent pointés du doigt et qualifiés de pollueurs !

Notre rôle important de dépollueur n’est à nouveau pas pris en compte, de même que les contraintes inévitables de notre métier qui font que oui, effectivement, quand il fait beau, nous travaillons !

Voici le courrier adressé ce jour en réponse par la CRRA à Monsieur le Préfet :

Monsieur le Préfet,

Je prends connaissance avec stupeur du courrier en date du 21 mars concernant le récent épisode de pollution de l’air survenu en région Rhône Alpes et dans le reste de la France et des arguments de l’association Air Rhône Alpes, qui incrimine l’agriculture, la rendant responsable de l’élévation des concentrations en particules fines.

Effectivement, les conditions météorologiques sont favorables à l’épandage d’engrais azotés, et les agriculteurs profitent de ces beaux jours pour les réaliser. Les agriculteurs, dont le travail est fondamentalement lié à la météo, ont pris un énorme retard à cause d’un temps excessivement pluvieux depuis le mois de novembre. Repousser davantage le travail dans les champs serait pour eux une grave faute professionnelle et déontologique avec la sanction de récoltes piteuses pour cette année 2014. Vous verrez donc, dans les semaines qui viennent, de nombreux tracteurs dans les champs, épandre, traiter…

Par contre, quand on traverse l’agglomération lyonnaise, zone fortement touchée par ce pic de pollution, vous conviendrez aisément que l’on croise bien plus souvent des usines chimiques et des poids lourds qui émettent sur place un certain nombre de polluants, que des tracteurs épandant des matières azotées.
Comment expliquez vous que ce pic de pollution soit lié à la fois à une non dispersion par les faibles vents des polluants urbains émis sur place et à des émanations d’excédants d’ammoniac épandus à des dizaines de kilomètres des centres urbains qui seraient, eux, poussés par les vents ?

Par ailleurs, les mois qui viennent vont voir la région Rhône Alpes devenir, comme chaque année, le passage obligé des vacanciers qui vont rallier les plages de la méditerranée et d’Espagne. Quel serait le niveau de pollution de l’air aux mois de juillet et d’août si nos autoroutes n’étaient pas bordées par les cultures agricoles, qui je vous le rappelle, dépolluent une partie des émissions automobiles en transformant le CO2 en O2 via la photosynthèse ? Si nous ne pouvons fertiliser, traiter, semer aujourd’hui, vous aurez très vite la possibilité d’expérimenter cette situation !

Ceci étant, les responsables de la Coordination Rurale Rhône Alpes se tiennent à votre disposition pour tout rendez-vous et participeront, dans cet esprit, aux travaux menés par la DRAAF et la DREAL sur ces sujets cruciaux pour les agriculteurs.

Vous en souhaitant bonne réception, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, en l’expression de notre haute considération.

Jean-Louis Ogier – Président de la CRRA