L'info régionale

Réseaux sociaux

Plan biocarburants : au gouvernement de reconnaître ses erreurs

Plan biocarburants : au gouvernement de reconnaître ses erreurs

Top Headlines

Suite à la publication le 25 janvier d’une étude sur le développement des cultures énergétiques par le SCEES (*), le cap d’incorporation des 10% de biocarburants à l’horizon 2015 semble maintenu pour le ministère de l’Agriculture.

La Coordination Rurale regrette que le gouvernement persiste dans cette voie sans tenir compte des nombreuses réserves émises en France et à l’étranger sur les inconvénients économiques et environnementaux des filières industrielles des biocarburants de première génération.

En plus d’un bilan énergétique confus et assez catastrophique, la filière bioéthanol naissante bute déjà sur l’aspect économique : un coût très important pour l’Etat à travers une défiscalisation indispensable à la rentabilité de la filière et des contrats très défavorables pour les agriculteurs avec un prix dérisoire d’achat des grains.

L’objectif de 10% de biocarburant en 2015 est donc irréaliste. En effet, la filière agricole arrive tout juste aujourd’hui à fournir les quantités nécessaires à la première phase d’incorporation (7% en 2010), surtout pour le biodiesel qui va occuper pratiquement toute la surface oléagineuse française et absorber toute notre huile riche en Omega 3 aux vertus diététiques reconnues.

La CR n’a jamais été favorable à la vocation exportatrice de l’agriculture, mais s’inquiète des éventuelles conséquences politiques vis-à-vis des clients habituels (Egypte, Algérie…), lorsque ceux-ci verront la France ne plus satisfaire leurs besoins. Il serait insensé de sacrifier la puissante monnaie d’échange que représente notre blé pour un produit non compétitif comme l’éthanol.

Il est maintenant temps pour le gouvernement de reconnaître l’erreur de ses prédécesseurs. Il est urgent d’abandonner ces projets ruineux de biocarburants industriels dits de première génération et de travailler sérieusement à la conquête de l’autonomie énergétique de l’agriculture.

(*) Service Central des Enquêtes et Etudes Statistiques du Ministère de l’Agriculture