L'info régionale

Réseaux sociaux

Parc National entre Champagne et Bourgogne: on ne nous entend pas…

parc national

Parc National entre Champagne et Bourgogne: on ne nous entend pas…

Suite à la manifestation des syndicats FDSEA 21 et JA21, Frédéric Bigard, président de la CR52 et représentant au GIP du futur parc national, souhaite nous faire part de son désarroi.

Le GIP du futur parc national des forêts de Champagne et Bourgogne est un sujet délicat auprès des agriculteurs. Beaucoup de réunions de concertation sont faites, des réunions de travail où chaque organisme professionnel agricole donne son avis.

Mais quel est le résultat ?

Aujourd’hui, les agriculteurs se sentent inutiles et ignorés. Leur avis a bien été consulté, mais n’a rien changé au fond du problème.

La CR52 et la CR21 n’approuvent bien entendu pas les actes de violences ayant pu se produire lundi 27 février, empêchant le déroulement de l’Assemblée Générale du GIP, à Montigny-sur-Aube (21).

Comme l’a rappelé Barbara POMPILI, Secrétaire d’État, chargée de la Biodiversité, dans son communiqué de presse en date du 1er mars 2017 : « Le parc national des forêts feuillues de plaine est une opportunité exceptionnelle pour le territoire. Mais ce beau projet n’aboutira que grâce à l’implication des acteurs du territoire eux-mêmes. »

Mais il est nécessaire d’ajouter que ce projet n’aboutira que grâce à l’écoute et la prise en compte des avis de tous les acteurs impliqués.

En effet, le futur parc naturel apportera sans doute beaucoup d’avantages, mais aussi pour certains des contraintes, notamment au niveau de la zone de cœur du parc. Nombreuses sont les craintes des agriculteurs, forestiers, propriétaires ou même chasseurs car toutes les réunions n’aboutissent qu’à très peu de décisions emportant l’unanimité.

Où en est le travail ?

A l’heure actuelle, la première impression est que les cartes sont battues à nouveau à chaque réunion. Les acteurs ne disposent pas de documents officiels sur lesquels se baser de manière fiable. Tout ce qui est discuté en réunion reste flou…

Lors de la réunion du 16 février 2017, à la préfecture de Haute-Marne, Barbara POMPILI avait également souligné que le succès du parc ne serait au rendez-vous qu’à condition que l’ambition et le dialogue se fassent dans un esprit « gagnant-gagnant » ». Dialogue de sourds ? Dialogue dans lequel le GIP maintient sa position, bien que différente du projet initiale puisque celui-ci ne comprenait que les forêts domaniales ! Et les groupes de travail ? Nous n’avons pas d’information à ce sujet…

Transparence et rôle d’information

Dans un contexte actuel particulièrement difficile pour l’agriculture, les agriculteurs n’ont pas besoin d’avoir de pression supplémentaire pour exécuter correctement et librement leur métier.

Afin d’éviter ce genre de situation, les agents du GIP qui œuvrent pour la mise en place du Parc naturel doivent faire preuve de clairvoyance et de transparence afin de construire réellement un projet avec l’ensemble des acteurs. Un compte-rendu à chaque réunion doit être réalisé et partagé avec l’ensemble des acteurs : un document officiel où les avancées et/ ou les décisions sont exposées clairement.

Dans un climat tendu, la CR52 souhaite appeler chacun à rester calme et garder une vision positive du parc, certaine que, sans les agriculteurs et les autres acteurs, le parc naturel ne pourra être un projet exceptionnel !

Plus d’informations sur le GIP

Tags :
,