L'info régionale

Réseaux sociaux

PACA : vers une sécheresse historique ?

sécheresse

PACA : vers une sécheresse historique ?

La sécheresse frappe de plein fouet la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Un déficit en eau inédit depuis près de 70 ans !
Les 6 départements de la région ont été placés en vigilance sécheresse et sont concernés par un un arrêté préfectoral limitant certains usages de l’eau. « Tous les départements, sans exception, présentent un risque de sécheresse aiguë. Il y a urgence, d’autant plus que la situation ne devrait pas s’arranger dans les semaines et mois à venir» alerte Max Bauer, président de la Coordination Rurale PACA.

Des conséquences catastrophiques sur les productions

Le thermomètre monte et les agriculteurs s’inquiètent du déficit hydrique qui s’accentue. « Les pluies éparses n’ont pas suffit à recharger les nappes phréatiques qui sont en déficit d’environ 20%. Les sols sont excessivement secs, ce qui laisse présager des conséquences catastrophiques, notamment sur les productions végétales ainsi qu’un très fort risque d’incendie de nos massifs avec de conséquences sur les productions en lisière, les animaux et la biodiversité. » souligne Max Bauer.

Des solutions pour préserver les ressources en eau

Face à cette situation gravissime, le gouvernement a pris la décision, il y a quelques jours, d’augmenter de 100 millions d’euros le plafond des dépenses des Agences de l’eau, notamment pour optimiser les retenues d’eau existantes et en créer de nouvelles. « Il devient urgent de ne pas gaspiller l’eau, c’est pourquoi cette nouvelle enveloppe est bienvenue, à la seule condition qu’elle soit utilisée de manière pertinente, avec une réelle volonté politique et administrative pour le stockage de l’eau. Nous devons donc veiller à être pragmatique et réactif » ajoute le président de la Coordination Rurale PACA.

Investir dans des systèmes plus performants

Afin d’aider les agriculteurs à investir à court terme dans du matériel permettant des économies d’eau, comme un système d’irrigation plus performant, le gouvernement a également décidé de doubler l’enveloppe du guichet d’aide à l’achat d’équipements agricoles innovants, pour atteindre 40 millions d’euros. « Cette aide est totalement dérisoire. C’est du simple saupoudrage. Il faut revoir l’ensemble des mesures afin de permettre aux agriculteurs d’être accompagnés sur le long terme. Plus que d’un simple investissement en matériel, il est par ailleurs urgent de soutenir les agriculteurs dans le temps, vers la mise en place de nouvelles techniques et pratiques culturales moins énergivores » assure Max Bauer.

Un plan spécifique pour le bétail

Autre annonce : la mise à disposition des agriculteurs, de surfaces en herbe d’établissements publics, de foncier de l’État, d’aéroports, de réseaux ferroviaires ou encore de camps militaires pour fournir du fourrage pour le bétail. « L’idée peut paraître intéressante, mais reste à voir la faisabilité, le coût et surtout la qualité de l’herbe pour que cette mesure ne soit pas juste de la poudre aux yeux » observe Max Bauer.
Enfin, le gouvernement vient tout juste de mettre en place un Plan de résilience avec une série de mesures, dont une enveloppe de 489 millions d’euros (soit entre 1 000 et 35 000 euros par exploitation) ciblée sur l’alimentation animale. « Il s’agit d’une aide orientée vers les élevages fortement dépendants d’achats d’aliments. Elle vise à aider les éleveurs à faire face à la flambée des coûts. Elle a certes le mérite d’exister, mais aujourd’hui c’est toute la filière agricole qui souffre. Il faut donc réfléchir à un plan plus généralisé en urgence », clame Max Bauer.

Des mesures pur protéger les agriculteurs

Suite aux multiples orages de grêle qui ont sévi la semaine dernière, la Coordination Rurale de la région PACA appelle par ailleurs à la poursuite de la réforme de l’assurance récoltes, afin de mieux protéger les agriculteurs. « En effet aujourd’hui, l’état se désengage de ses prérogatives en se défaussant sur les compagnies d’assurance, qui ne sont pas des philanthropes. Il faut par ailleurs veiller à ne pas culpabiliser les agriculteurs, en le obligeant à s’assurer pour faire face aux accidents climatiques de plus en plus fréquents et réguliers, dont ils ne sont pas responsables » remarque Max Bauer.
La Coordination Rurale demande en outre le développement d’outils techniques ou d’épargne afin de permettre aux agriculteurs d’être mieux armés face aux aléas climatiques . « Ainsi, nous pourrons réduire le éventuels risques et pertes pour atteindre l’ objectif de ce gouvernement: la souveraineté alimentaire – tant défendue par la CR depuis des années ! », conclut le président de la Coordination Rurale PACA.