L'info régionale

Réseaux sociaux

PAC et plans stratégiques nationaux : ne surtransposons pas !

PAC et plans stratégiques nationaux : ne surtransposons pas !

Les discussions autour du plan stratégique national (PSN) dans le cadre de la politique agricole commune (PAC) vont reprendre ce vendredi. Pour la Coordination Rurale, il faut faire preuve de bon sens et de pragmatisme, et ne pas faire du PSN un outil d’aggravation de la distorsion de concurrence qui sévit déjà entre les agriculteurs des différents États membres. Les enjeux environnementaux et climatiques sont partagés par les agriculteurs, mais ceux-ci ne doivent pas, sous des prétextes idéologiques, être encore plus mis sous pression d’objectifs inatteignables et de contraintes insupportables, surtout si cette approche n’est pas partagée par nos voisins européens. Et à ce titre, le gouvernement doit surveiller les orientations prises par nos collègues, pour ne pas être en décalage.

Le PSN doit au contraire être un outil de soutien aux agriculteurs pour « la production de denrées alimentaires sûres, de qualité, abordables, nutritives et diversifiées », et assurer « un tissu socioéconomique solide dans les zones rurales » (source : Commission européenne – proposition de règlement sur les PSN). Pour la CR, la PAC, qui a déjà perdu une partie de son « C » pour commune, doit conserver et défendre son « A » pour agricole. Les aides doivent donc aller exclusivement aux agriculteurs pour les soutenir au mieux face à la chute structurelle des prix.

« L’argent de la PAC ne doit pas servir à payer les services environnementaux », indique Bernard Lannes président de la CR qui rappelle que c’est au ministère de la Transition écologique de financer ces mesures. « Nous serons présents et vigilants pour que le bon sens dirige la rédaction du PSN. Il s’agira par exemple de revenir sur des exigences environnementales anti-agronomiques ou trop fortement pénalisantes, comme l’interdiction de pâturer les SIE, l’obligation de semis en cas de sécheresse (SIE et CIPAN), ou même l’imposition de « dates administratives » de couverture de sol. »