L'info régionale

Réseaux sociaux

Origine des viandes servies dans la restauration : la CR soutient le Gouvernement

Origine des viandes servies dans la restauration : la CR soutient le Gouvernement

Le Gouvernement a annoncé hier le lancement d’une concertation sur un projet de décret visant à rendre obligatoire l’étiquetage de l’origine des viandes porcines, ovines et de volaille servies dans la restauration hors foyer (RHF), à l’image de celui pratiqué en viande bovine.

La Coordination Rurale, qui souhaite la mise en place de la traçabilité intégrale sur l’ensemble des denrées alimentaires, salue cette initiative et encourage le Gouvernement à élargir ce décret à l’ensemble des canaux de distribution.

Au-delà de cette annonce visant à mieux informer les consommateurs, le syndicat attend également du Gouvernement qu’il applique l’article 44 issu des EGA qui mettrait fin aux importations de denrées qui ne sont pas aux normes européennes.
En effet, la seule information ne suffit pas quand on ne garantit pas la qualité des importations.
Il faut cependant être conscient de la portée limitée de cette obligation au regard de l’omniprésence de la viande bovine d’importation étiquetée « origine UE » en restauration collective, sans précision du pays, plus compétitive par distorsion de concurrence au sein de l’espace communautaire.
Les autorités doivent donc déjà s’assurer de la bonne application de la loi concernant la traçabilité exacte des denrées en RHF !

« Il est de toute manière primordial de garantir que chaque denrée alimentaire destinée in fine à la consommation humaine ou animale en provenance d’un pays tiers corresponde strictement à nos standards européens de production », conclut Bernard Lannes, président de la Coordination Rurale.

Un an après son adoption, l’article 44 n’est toujours pas appliqué

Adopté le 30 octobre 2018, l’article 44 adopté dans le cadre des États Généraux de l’Alimentation et transcrit dans le code rural (Article L236-1A) n’est toujours pas appliqué dans le cadre des importations de denrées alimentaires et agricoles. Cet article indique « qu’il est interdit de proposer à la vente ou de distribuer à titre gratuit en vue de la consommation humaine ou animale des denrées alimentaires ou produits agricoles pour lesquels il a été fait usage de produits phytopharmaceutiques ou vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne ou ne respectant pas les exigences d’identification et de traçabilité imposées par cette même réglementation.»