Les chiffres de l’agriculture en Occitanie pour la décennie 2010 à 2020, mettent en lumière l’évolution du paysage agricole et d’actualiser la typologie des exploitations. Si la région enregistre, à l’image du reste du pays, une baisse du nombre de fermes, elle reste néanmoins attractive. La baisse y est moindre que la moyenne nationale. Forte de ses 64 300 exploitations, l’Occitanie donc confirme sa position stratégique dans le secteur agricole national.

Une agriculture régionale qui repose sur 3 piliers

L’agriculture occitane repose principalement sur trois filières: les grandes cultures, la viticulture et l’élevage. C’est en effet, pas moins d’une exploitation sur deux qui est spécialisée en grandes cultures ou en viticulture dans la région. Les exploitations d’élevage subissent néanmoins une baisse importante d’effectifs entre 2010 et 2020, avec un recul des exploitations spécialisées en bovin lait de - 40 %.

Baisse du nombre d’exploitations

La région a perdu 14 000 exploitations en 10 ans. Un chiffre important, mais un moindre recul que celui subi à l’échelle nationale (soit -18 % en Occitanie contre -21 % pour la France Métropolitaine). Cette baisse est moindre que lors de la précédente décennie. À titre d’exemple, entre 2010 et 2020 en Occitanie, ce sont 4 exploitations qui ont cessé leur activité chaque jour, contre 7 exploitations par jour entre 2000 et 2010. Notre région maintient ainsi un nombre important d’exploitations agricoles sur son territoire.

Une adaptation aux attentes citoyennes

Face aux attentes citoyennes, et un désir de manger des produits frais, de qualité, et locaux, la transition agroécologique des exploitations se poursuit pour s’adapter aux attentes des consommateurs. Ainsi, l’agriculture biologique continue sa progression. Les surfaces bio de la région ont triplé en 10 ans, comme le nombre de producteurs estampillés Bio qui est monté à 10 862 en 2020. La crise sanitaire et les conflits géopolitiques ont fait émerger la nécessité de revenir à un système alimentaire territorialisé. Sur le territoire occitan, cela se traduit par une explosion des installations en maraîchage, soit +54 % en 10 ans. L’Occitanie est également la première région française dans le palmarès des exploitations qui justifient d’au moins une production sous signe officiel de qualité. Soit 1 exploitation sur 3. Une agriculture de qualité, que nous devons protéger et valoriser pour la maintenir.

Les micro-exploitations ont le vent en poupe

La région est caractérisée par un tissu d’exploitations d’une taille économique réduite en rapport avec la moyenne nationale. Néanmoins, leur agrandissement se poursuit sur le modèle national. En 2020, elles exploitent en moyenne 49 hectares, soit 8 hectares de plus qu’en 2010 et 17 de plus qu’en 2000. La catégorie des micro-exploitations (moins de 25 000€ de production brute standard) domine cependant toujours. Elle représente plus du tiers des exploitations (38%). Micro et petites exploitations (moins de 100 000€) représentent 72 % des exploitations de la région, soit plus de 2 exploitations sur 3. Cela engendre l’émergence de nouvelles micro-niches, avec un développement prononcé des installations en autres cultures spécialisées (+165%), en conchyliculture (+110%) et en autres élevages de petits animaux (+67%) de 2010 à 2020. Enfin, les grandes exploitations restent minoritaires (plus de 250 000€), elles représentent seulement 7 % des exploitations de la région, principalement en arboriculture et élevage granivores.

L’enjeu du renouvellement des générations

31 % des agriculteurs à la tête des exploitations ont 60 ans ou plus, ils n’étaient que 23 % en 2010. Le vieillissement des générations se poursuit, avec une proportion de jeunes exploitants de moins de 40 ans stable (20%). La présence des femmes en agriculture n’évolue pas vraiment non plus. Elles représentaient 28,5 % des chefs d’exploitations agricoles en 2020 ; cette proportion est toutefois moins élevée qu’au niveau national (31%).

L’agriculture occitane doit se dynamiser pour garantir le renouvellement des générations, condition sine qua none au maintien de l’agriculture dans les territoires, et garante de la sécurité alimentaire. L’agriculture est un secteur stratégique, économique, mais surtout vital pour la population. Alors, avec la Coordination Rurale, protégeons-là !

Dans la même catégorie

CR 31
CR 30
Nos CR locales
CR 65