C’est un coup de massue pour nous, agriculteurs, un de plus me diriez-vous ! Les magistrats de la Cour des comptes estimant que les émissions liées à nos élevages bovins français sont trop importantes, ont trouvé une solution : supprimer des bovins… Enfin, les sages diront « définir et rendre publique une stratégie de réduction du cheptel bovin », mais la finalité reste la même : supprimer.

Nous le savons, l'élevage bovin est « responsable en France de 11,8 % des émissions d'équivalents CO2 » mais à quoi correspondent les 88 % produits par le cheptel humain ? Si nous disparaissons, qui va préserver les millions d'hectares entretenus par nos animaux ?

Mesdames et messieurs, appelés les sages pour je ne sais quelle raison, votre rapport ne l’est pas. Sachez que nos productions sont les seules qui compensent une partie de leurs émissions en stockant du carbone. Que sans nos bouses, enfin les cacas de nos vaches péteuses, il n’y aura pas de fumier et sans fumier, pas de cultures… Ou des engrais chimiques. Est-ce cela que vous voulez ?

Nos cheptels sont déjà en baisse constante depuis des années. Ce que vous nous proposez, c’est le suicide de l’agriculture. Notre disparition n’est peut-être pas assez rapide pour vous ?

Après avoir sinistré notre industrie française, vous détruisez notre agriculture. Le plan est simple et déjà expérimenté, étape 1 : baisser la production, étape 2 : exporter notre savoir-faire et importer pour notre consommation étape 3 : taxer les produits étrangers pour financer la perte de production. Pourquoi ? Pour exporter notre pollution ailleurs. C’est ce que vous proposez pour nos pets de vaches ? Enfin, la France sera championne en carbone ! Nous polluerons, mais pas directement dans notre beau pays. Qu’est-ce qu’on est malin en France !

Pour finir ce coup de gueule, quelques chiffres. L’empreinte carbone de la France, c’est 0,9 % de la production mondiale. Nous, agriculteurs français 11,8 %. Donc 11,8 % de 0,9 % ça fait ? Pas beaucoup… Alors foutez-nous la paix et laissez-nous travailler. Petit mot pour la FNSEA qui dit que « l'agriculture doit faire un effort », je leur dis que des efforts nous en faisons chaque jour et depuis des années, qu’il est temps qu’on nous laisse faire notre métier comme nous savons le faire, avec le bon sens paysan qui a disparu des hautes sphères décisionnaires.

Jean Philippe Yon Président CR50

Dans la même catégorie

Bretagne
CR 50
Normandie
Normandie