Le vendredi 30 septembre 2022, Pascal Deshayes, président de la Coordination Rurale de Meurthe-et-Moselle, a rencontré Dominique Potier, député de la cinquième circonscription du département, afin d'échanger sur l'actualité agricole et les problématiques auxquelles les agriculteurs sont confrontés.

Prix du foncier et installation des jeunes

Cette rencontre fut l'occasion de rappeler certaines problématiques liées au secteur foncier agricole. En effet, le coût des installations en agriculture a atteint aujourd’hui des niveaux tels qu’il est de plus en plus difficile pour de nombreux jeunes de reprendre des exploitations.

À ce sujet, le député à fait référence à la loi relative à la régulation de l'accès au foncier agricole qui a pour objectif de lutter contre la concentration excessive des exploitations et l'accaparement des terres agricoles. Pour la CR 54, il faut permettre aux agriculteurs déjà installés de conserver leur foncier, mais également faciliter l’accession aux plus jeunes qui souhaiteraient le faire. C'est pourquoi, nous demandons la réactivation du dispositif crédit-transmission en y apportant certaines améliorations, afin de le rendre plus attractif pour l’acquérant comme pour le cédant :

  • l’allègement de la fiscalité sur le patrimoine foncier agricole ;
  • l’encouragement du recours au dispositif « crédit-transmission » ;
  • la réforme de la SAFER.

Séparation des activités de vente et de conseil des produits phytosanitaires

Si la loi de séparation des activités de vente et de conseil des produits phytosanitaires est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2021, c’est dans le but de réduire leur utilisation. Au 1er janvier 2024, tous les agriculteurs devront donc pouvoir justifier d'un Conseil stratégique phytosanitaire (CSP).

Or, le président de la CR54 a tenu à rappeler que les agriculteurs ont déjà l’obligation de détenir le Certiphyto qui atteste de connaissances suffisantes pour utiliser les produits phytosanitaires en sécurité et réduire leur usage. Il demande donc que cette loi soit supprimée, car non seulement, elle entraîne un surcoût pour les agriculteurs qui devront prendre en charge ces prestations et leur impose une nouvelle fois des contraintes supplémentaires dans l'exercice de leur métier.

Sécheresse et hausse des charges agricoles

Avant de conclure la rencontre, Pascal Deshayes a interpellé à nouveau le député sur la hausse du prix des intrants agricoles ainsi que sur les épisodes de sécheresse qui ont aggravé cette crise économique déjà très inquiétante pour les agriculteurs.

En effet, la succession de crises multifactorielles a provoqué une augmentation du GNR, des produits phytosanitaires, du machinisme agricole ou encore des engrais azotés dont certains ont vu leur prix tripler par rapport à l’année dernière. À cela s'ajoute aujourd'hui une longue période de sécheresse qui a entraîné la perte de plusieurs quintaux d'hectares pour certains, mais qui a également énormément impacté les éleveurs qui doivent désormais gérer la diminution des provisions d'hiver pour alimenter leurs animaux en plus des problématiques autour du prix du lait, de la rémunération par rapport à leurs coûts de production, etc.

Lors de cette rencontre, la Coordination Rurale de Meurthe-et-Moselle a pu être écoutée sur les points principaux qu’elle souhaitait aborder dans une ambiance conviviale. Nous remercions Monsieur le Député de nous avoir accueillis à sa permanence parlementaire et pour ces échanges enrichissants.

Dans la même catégorie

Grand-Est
CR 54
Grand-Est
Grand-Est