L'info régionale

Réseaux sociaux

Marchés alimentaires : les maintenir, c’est vital !

photos site 2014 (24)

Marchés alimentaires : les maintenir, c’est vital !

Il faut manger des produits frais et locaux ! Tel était le cri d’alarme du ministre de l’Agriculture et, quelques jours plus tard, le Gouvernement interdit les marchés alimentaires…

En parallèle, les grandes surfaces ne désemplissent pas et continuent de proposer des aliments d’importation sur leurs étals. En plus de ne plus vendre, les producteurs locaux sont concurrencés déloyalement par des produits d’importation et par un système de distribution qui ne garantit pas davantage le respect des gestes barrières que les marchés traditionnels.

« Cette crise doit nous faire prendre conscience qu’un changement est vital et que le « consommer local » peut être un début de solution. Alors pourquoi y mettre des bâtons dans les roues ? Au contraire, soutenons-le par  tous les moyens ! », s’insurge Sylvain De Bosschère, président de la Coordination Rurale de Seine-Maritime.

La Coordination Rurale appelle les maires à prendre les dispositions nécessaires pour maintenir ce dernier maillon vital pour la population.

« Il est vital et tout à fait possible de conserver nos marchés tout en respectant les mesures nécessaires pour garantir la sécurité sanitaire. De nombreux maires l’ont heureusement fait jusqu’à maintenant. En Italie, des marchés se sont tenus sur des installations sportives afin de pouvoir faire respecter les gestes barrières et la distanciation sociale. Pourquoi ne pas proposer cet aménagement chez nous au lieu d’interdire par principe ? On ne peut pas nous demander de continuer à produire pour nourrir les gens et ensuite nous interdire de vendre ces productions.  » explique Sébastien Heraud, responsable de la section Fruits et Légumes de la CR.

Cette situation exceptionnelle nous montre à quel point il est indispensable de repenser durablement l’approvisionnement de notre nourriture afin qu’il soit local !
La CR espère que l’exception agriculturelle, défendue aujourd’hui par le ministre de l’Agriculture, apparaîtra enfin à tous comme étant la bonne solution.