L'info régionale

Réseaux sociaux

Manifestation pour la ruralité : la CR se fait entendre

Manifestation pour la ruralité : la CR se fait entendre

À Redon (35), ce 18 septembre, a eu lieu une manifestation pour la ruralité. Des milliers de chasseurs et défenseurs de la ruralité se sont mobilisés à l’appel des Fédérations régionales des chasseurs de Bretagne, des Pays de la Loire et des neuf fédérations départementales des chasseurs de ces deux régions.

À cette occasion, Catherine Laillée (CR 44) a pu, au nom de la Coordination Rurale, exposer nos positions. Voici le contenu de son discours :

« La Coordination Rurale, deuxième syndicat agricole français, est présente et active au sein de la ruralité pour défendre l’élevage.
Ceci en coopération avec les chasseurs puisque les agriculteurs ont besoin d’eux pour réguler les sangliers toujours plus nombreux qui font d’énormes dégâts dans les cultures ! »

Les éleveurs sont malmenés, attaqués de toutes parts par des groupuscules d’illuminés qui n’ont qu’un seul et unique objectif : Abolir l’élevage, la chasse, la pêche et les animaux dans les cirques.

Ils s’introduisent la nuit dans les élevages ! Ce sont des méthodes de voyou. C’est inacceptable et complètement à l’encontre de nos valeurs, du respect de ceux et celles qui travaillent ou qui exercent le loisir de leur choix.
Leurs arguments sont bien souvent mensongers.

Ces végétariens et végans n’ont pas à faire la police de l’alimentation et encore moins à intervenir dans les écoles pour manipuler nos enfants.
L’Homme est omnivore, c’est comme ça et personne ne pourra rien y changer.

Si nos ancêtres n’avaient pas chassé et péché pour se nourrir, nous ne serions pas de ce monde à nous demander si manger de la viande, du poisson ou des œufs est bon pour la santé !

Sur ce sujet, nous nous sentons complètement abandonnés par le gouvernement et nos élus.
Ils doivent, c’est ce que nous leurs demandons aujourd’hui, tous acteurs de la ruralité, faire respecter les lois, ne pas nous rajouter de nouvelles normes et directives mais redonner de la considération à ceux et celles qui travaillent pour nourrir au quotidien tous vos concitoyens.

Nous voulons rester libres de pratiquer nos métiers d’élevages, nos loisirs et nos traditions.
Alors entendez-nous, foutez-nous la paix et laissez-nous travailler !! »