L'info régionale

Réseaux sociaux

L’UNIPHOR reçue à l’Elysée

Coordination Rurale

L’UNIPHOR reçue à l’Elysée

Le 16 janvier, M. Bauer, président de l’UNIPHOR a été reçu par P. Vinçon, le nouveau conseiller agricole de F. Hollande.

Une rencontre attendue
Les problèmes sanitaires tels que ceux générés par le charançon rouge du palmier ont été abordés. Le manque de recherche et de réactivité de la DGAL ainsi que ses erreurs gravissimes dans la gestion de ce dossier ont été pointés du doigt.
L’UNIPHOR a attiré l’attention de P. Vinçon sur la table ronde des assises de l’horticulture varoise et de la manifestation de novembre 2013. En effet, le Préfet du Var s’était engagé à mener une délégation auprès du Ministre de l’Agriculture avant la fin 2013, ce qui n’a pas été traduit en actes. Face au désarroi des horticulteurs et à l’asphyxie des exploitations, il est urgent de tenir les promesses et de trouver des solutions fiables.

Des revendications claires
La transparence des Organismes à Vocation Sanitaire, telle qu’elle existe en PACA, a été demandée. Car dans d’autres régions, certains restent opaques et dysfonctionnent. Il est anormal que sans aucune représentativité (pas d’élection des administrateurs, pas de publication du bureau…) ces organismes puissent tout de même prendre des décisions !

L’ouverture des interprofessions proposée est jugée insuffisante. En effet, la proposition actuelle, limitée à un strapontin, ne nous permettra aucun poids sur les décisions qui seront prises. Il est essentiel d’introduire de la représentativité dans les interprofessions pour qu’elles représentent efficacement les agriculteurs.

Par ailleurs, la compétitivité a été largement évoquée, notamment par les aspects coûts de la main d’œuvre et produits phytosanitaires. Ces sujets ont amené le conseiller à nous questionner sur l’agro-écologie. Ce n’est pas une découverte, l’UNIPHOR y est évidemment favorable, mais pas au prix de la viabilité de chaque entreprise. L’UNIPHOR a ainsi demandé qu’aucune spécialité phytosanitaire ne soit supprimée tant que l’usage ne sera pas couvert par une autre solution. Les mesures environnementales constituent une solution d’avenir, mais uniquement lorsqu’elles respectent la rentabilité des entreprises, aujourd’hui soumises à la triple compétence : économique, sociale et environnementale.