L'info régionale

Réseaux sociaux

LRO : trop de contrôles

LRO : trop de contrôles

Languedoc Roussillon Origine (LRO) m’a informée jeudi dernier de son intention de procéder à un contrôle des parcelles en AOP de mon exploitation, ce ne sera que le troisième contrôle que je subirai depuis le mois d’août dernier de la part du LRO !

 

En effet, une charmante demoiselle est venue, début août 2012, relever les contours de parcelles, ceci ayant eu pour conséquence de réduire la surface de mon exploitation de 5 ares en raison de la présence d’un chemin qui n’avait pas été déduit de la surface totale existante.

J’ai eu le plaisir de recevoir, courant octobre, l’annonce d’un contrôle administratif de l’exploitation. Le contrôleur a passé en revue l’ensemble des documents ayant trait à la gestion des parcelles, en matière de culture, puis des documents de cave, sans oublier de me demander jusqu’au plan de cave…et même les feuilles de fermentation des cuves.

Voilà que cette semaine je dois de nouveau avoir la visite d’une troisième personne pour un contrôle administratif et sur le terrain des parcelles en AOP, c’est à dire l’intégralité de l’exploitation soit une surface de plus de 18 hectares répartie en 17 parcelles ou sous-parcelles.
De plus, ayant effectué des plantations tous les ans ou presque entre 2006 et 2011, j’ai eu le plaisir de recevoir la visite des contrôleurs de plantation à chaque nouvelle plantation.

Je tiens à porter à votre connaissance le volume des récoltes que j’ai revendiquées en AOP, au titre de ma cave particulière, depuis les 3 dernières années :

  • 2010 : rien
  • 2011 : 4 hl de Côtes du Roussillon rosé
  • 2012 : 10 hl de Côtes du Roussillon rouge.

N’y a t-il pas matière à s’interroger sur l’opportunité des moyens de contrôle déployés, la fréquence de ceux-ci, la coordination des différents relevés, le temps investi tant par les contrôleurs que par le chef d’exploitation à cette tache administrative et tout simplement la pluralité des systèmes de contrôle. En effet, à quoi sert le travail effectué par l’INAO ainsi que celui effectué par la Direction des Douanes, service viticulture, puisque le LRO éprouve le besoin de le refaire ?

 

Véronique POULVET, Viticultrice à Tresserre