L'info régionale

Réseaux sociaux

Lozère : un mois de juillet marqué par la prédation lupine

Lozère : un mois de juillet marqué par la prédation lupine

Les attaques de loups ont été nombreuses en Lozère durant le mois de juillet. Chez Vincent Gras, éleveur sur la commune d’Estables, après deux attaques à une semaine d’intervalle, les brebis sont désormais enfermées la nuit.

« J’ai subi deux attaques depuis le début du mois ; l’une dans la nuit du 9 au 10 et l’autre dans la nuit du 18 au 19. J’en suis à 28 brebis prédatées cette année. Elles étaient pourtant sur des parcelles clôturées. Après la première attaque, on a choisi de les redescendre dans un parc avec clôture électrique, mais ça n’a pas suffi. Depuis, elles sont enfermées en attendant le prélèvement du loup. On ne peut pas les faire pâturer dans ces conditions. » , explique Vincent Gras.

Suite au constat réalisé avec l’OFB le 19 juillet, la Coordination Rurale de Lozère a obtenu un entretien avec Madame Véronique Lieven, directrice adjointe de la DDT48 au cours duquel Vincent Gras, accompagné d’Alain Pouget, président de la CR 48, a renouvelé sa demande d’autorisation de mise en place d’un « tir de défense renforcée » et la prise en charge par la préfecture des frais d’affouragement du troupeau.

Attaque sur le Causse de Sauveterre

Dans la nuit du 22 au 23 juillet, le loup attaque de nouveau un troupeau sur le causse de Sauveterre. À la demande de la CR 48, le secrétaire général de la préfecture de Lozère s’est rendu sur l’exploitation de l’éleveur le lendemain. Entouré d’une quarantaine d’éleveurs, l’échange de deux heures s’est achevé sur la promesse de rencontre entre la préfecture et tous les syndicats agricoles la semaine suivante.

Nouvelle attaque au Jas (commune de Chanac)

Lundi 26 juillet, un autre éleveur découvre quatre brebis prédatées sur la commune de Chanac.

Contrairement à l’engagement de la préfecture, et sur demande de la FDSEA/JA, la rencontre annoncée entre la préfecture et tous les syndicats n’a finalement pas eu lieu, chaque syndicat ayant été reçu individuellement.

« Face à la multiplication des attaques de loups sur les troupeaux, on aurait pu croire à une union heureuse des syndicats agricoles pour défendre une position commune et forte : permettre aux éleveurs d’exercer leur travail sans avoir à subir la présence d’un prédateur dont ils ne veulent pas. Mais une fois encore nous ne pouvons que constater l’individualisme de certains au détriment d’une cause qui nous concerne tous. La CR s’emploie à aider tous les agriculteurs, peu importe leur étiquette syndicale car le loup, lui, n’en tient pas compte ! » , s’indigne Alain Pouget.

Tir de défense renforcée et système d’alerte pour les éleveurs

Suite à la rencontre avec la préfecture, un arrêté autorisant le tir de défense renforcée pour Vincent Gras a été pris le 29 juillet.

La Coordination Rurale demande maintenant à la Chambre d’agriculture la mise en place d’un système d’alerte et de vigilance permettant aux éleveurs de signaler une attaque ou la présence du loup sur le département. Un courrier a été adressé à la Chambre d’agriculture en ce sens le 27 juillet dernier.

La presse en parle : Midi LibreFrance 3 OccitanieFrance BleuLozère Décalée