L'info régionale

Réseaux sociaux

Lettre ouverte : suicides d’agriculteurs et devoir d’alerte

Lettre ouverte : suicides d’agriculteurs et devoir d’alerte

Top Headlines

A l’attention de M. Gérard Pelhate
Président de la Caisse centrale de la MSA

Monsieur le Président,

Nous pensons qu’il est de votre devoir d’attirer l’attention des pouvoirs publics et de la société sur une situation très grave : la fréquence des suicides chez les agriculteurs. C’est un drame horrible qui touche les familles, le voisinage et même au-delà l’ensemble de la profession.

Le suicide d’un agriculteur ne fait pas de bruit mais nous savons tous que c’est la plupart du temps son ultime et dramatique manière de dénoncer la situation de crise économique et morale que vit notre secteur agricole. Nous ne pouvons plus supporter cette situation et nous devons tous agir pour y mettre un terme, notamment en attirant l’attention et en provoquant la réaction des responsables politiques qui doivent faire cesser les causes de cette catastrophe sociale.

Pour lancer une alerte qui soit entendue, il faut des éléments et notamment des informations sur le nombre des actes irrémédiables posés par des agriculteurs et agricultrices désespérés.

L’organisme que vous présidez, par son réseau de caisses départementales ou interdépartementales, a la connaissance des raisons des décès, par maladie ou accident, des agriculteurs français, puisque la MSA les suit au long de leur vie dès lors qu’ils commencent à exercer leur profession.

Votre organisation est donc en mesure de publier le nombre de décès liés à des suicides, et ce évidemment de manière totalement anonyme pour respecter la peine des familles concernées par ces drames.

C’est pourquoi nous vous demandons de mettre en place les procédures vous permettant de totaliser puis de publier le nombre de suicides d’agriculteurs.

Ainsi vous aurez, avec nous, rempli votre devoir d’alerte et il incombera ensuite aux pouvoirs publics et aux responsables politiques d’assumer leurs responsabilités.

Ils seront d’autant plus tenus de le faire qu’ils seront face à une société désormais informée et consciente des naufrages humains provoqués par une crise sans précédent dont les raisons sont certes complexes et multiples mais n’ont rien à voir avec la fatalité.

Certains de votre compréhension et de la rapidité de votre réaction, nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre considération distinguée.

François Lucas
Président de la Coordination Rurale Union Nationale