L'info régionale

Réseaux sociaux

Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle 2022

Élections

Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle 2022

La Coordination Rurale a adressé une lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle 2022 ; l’objectif étant de les appeler à s’intéresser à l’agriculture de manière pragmatique et réaliste.

Objet : Élection présidentielle 2022 – lettre ouverte aux candidats

À l’attention des candidats déclarés et candidats aux primaires

Madame la candidate, Monsieur le candidat,

Vous avez déclaré votre souhait de candidature à la Présidence de la République.

La Coordination Rurale a bien sûr des attentes – qui n’ont pas beaucoup changé depuis 2017 -, si ce n’est qu’elle sera encore plus vigilante sur le caractère réaliste, réalisable et opérationnel des éléments de votre programme agricole.

Secteur consacré (enfin) stratégique lors du début de l’épidémie de Covid, l’agriculture ne peut se satisfaire et ne mérite pas que vous cédiez à la facilité de la démagogie et des incantations politiques en occultant totalement les réalités économiques. Nous vous appelons à vous ancrer dans la réalité des contextes européens et mondiaux, à vous imprégner du vécu parfois difficile du travail avec le Vivant et la météo, à peser la faisabilité et les conséquences des mesures politiques. Car si l’agriculture doit évoluer – et elle saura le faire -, vous devez bien prendre en compte que tant les attentes sociétales que les mandats politiques ont une temporalité que les contraintes de l’exercice du métier d’agriculteur ne peuvent satisfaire immédiatement. L’adaptation exige donc du temps, et mérite une juste rémunération du travail et des productions.

Sur cette question de la rémunération, la conception du prix agricole doit par exemple être revue, et partir de la ferme pour enfin couvrir les coûts de production. Et la loi Egalim 2, censée combler les manques de la première version, est une loi avec de bonnes intentions, mais sans mesures apportant une réelle perspective de changement pour les agriculteurs. Faut-il envisager encore d’autres versions de la loi Egalim lors de la prochaine législature entretenant comme les précédentes les illusions et les espoirs des agriculteurs ?

Au plan européen, 2022 sera l’année de finalisation de la PAC 2023, travail qui incombera majoritairement à l’administration française. Nous pouvons donc considérer que nous sommes dans la dernière ligne droite de la PAC 2023 sur le plan politique. Il serait donc tentant pour un candidat de critiquer les choix faits pour la PAC 2023, mais vous devez garder à l’esprit que le futur mandat présidentiel sera marqué par la préparation et la négociation de la PAC 2027, et que le futur élu aura, lui aussi, à composer avec 26 autres États membres aux intérêts souvent bien différents sinon opposés.

Après les PAC successives qui ont mis à mal notre souveraineté alimentaire et l’agriculture, la CR attend un projet européen ambitieux pour une politique agricole de reconstruction renouant avec les objectifs et missions assignées par les traités de Rome et de Lisbonne. La production européenne doit être régulée en fonction des besoins des consommateurs, et basée sur une demande et un marché réels. Elle doit être basée sur des prix rémunérateurs pour les producteurs rendus possible par la régulation des productions et une préférence communautaire réellement appliquée aux frontières de l’Union européenne. Les agriculteurs ont besoin d’une Europe et d’une France protectrices, pas d’être la variable d’ajustement de politiques commerciales ou environnementales déconnectées.

La Coordination Rurale sera particulièrement attentive à ce que les agriculteurs français, eux qui sont à la pointe des enjeux de la transition agricole, écologique et alimentaire, ne soient pas la cible de propositions électoralistes, mais qu’ils soient considérés comme une composante majeure de cette dynamique, et donc comme faisant partie intégrante de la solution aux problèmes environnementaux et climatiques.

La Coordination Rurale se tient à votre disposition pour vous présenter, sur une ferme, ses propositions pour les agriculteurs et l’agriculture. Cette rencontre serait également l’occasion pour l’agriculteur qui vous recevra de partager avec vous sa passion et son quotidien, mais aussi de vous exposer de manière concrète les répercussions qu’ont certaines prises ou absences de décisions.

Bernard Lannes, Président national