L'info régionale

Réseaux sociaux

Lettre à Madame Marsaud, députée de Charente

CETA

Lettre à Madame Marsaud, députée de Charente

Quelle ne fut pas ma grande déception au moment où j’ai appris votre vote en faveur du Ceta. J’imagine que vous avez tenu à répondre aux ordres venus de bien plus haut (quelques-uns ont eu le courage, parmi vous, de n’y avoir pas obéi) ou alors votre réflexion ignore la synthèse.

Pourquoi ? La fibre écologique, dont vous vous faites une religion, semble ne pas savoir faire la relation entre cet accord et elle. Vous devriez comprendre que, qui dit accords, dit transports souvent inutiles. Un exemple : la viande importée du Canada (produite d’ailleurs à partir d’aliments qui ne seront pas les nôtres, c’est la double peine) alors que nous en produisons trop, devra s’exporter. Encore plus de porte-conteneurs qui se croiseront sur les mers tout en étant gros consommateurs de carburant non raffiné. Ces derniers polluent plus que toutes les automobiles du Monde, sans payer de taxes. Il est vrai que Monsieur Griveaux et autres nous disaient : « les accords internationaux interdisent de les taxer ». Je réponds : que fait-on dans ces grand-messes internationales que sont les COP, l’ONU, les G20… si on n’aborde pas le sujet ? Il est vrai, cependant, qu’un grand accord international a pris naissance en 1995, celui de l’OMC, basé justement sur des transports à bas coûts ! Taxer nos voitures à travers leur carburant se faisait plus facilement ! Savez-vous que le transport de blé à partir d’Ukraine coûte moins cher que celui livré à La Palice ? Mais les normes de qualité et les conditions de production (pesticides, main-d’œuvre…) sont loin d’être semblables.

Il est temps dans notre pays d’écouter l’opinion ! On laisse croire que les « gilets jaunes » ont eu toute satisfaction, mais leurs revendications du départ, sur la surtaxe des carburants et sur le contrôle technique, ont refleuri 6 mois plus tard. La peur du référendum vous hante que ce soit pour ces sujets ou pour ces accords internationaux auxquels nous pouvons ajouter le futur accord Mercosur. Il serait temps de se préoccuper de la pensée de l’opinion autre que celle des grandes villes.

Je me permets de revenir aux conséquences de ces accords internationaux. Il n’est évoqué que le problème de la viande, alors qu’avec celui-ci s’ajoute la rentrée en Europe de maïs OGM utilisé par de nombreux pays (Allemagne, Italie, Espagne…), autant de notre production qui ne sera pas consommée. Avec le Mercosur, ce sera le sucre, l’éthanol et le soja OGM brésiliens, dans les conditions de production que vous devez connaître. Il est vrai que l’on sensibilise le consommateur en lui promettant des contrôles sérieux. Combien de contrôleurs ? Il est vrai que ce pourrait être un moyen de faire baisser le chômage tellement il en faudrait pour être efficaces, mais souvenons-nous de la viande de cheval polonaise vendue comme viande de bœuf, et dernièrement de la viande polonaise de piètre qualité servie aux associations caritatives. Comment peut-on imaginer un contrôle à une telle échelle ?

Oui, les agriculteurs ont besoin de vous dans votre circonscription rurale où le Cognac n’est pas la seule production. Avez-vous conscience de la détresse des agriculteurs qui vous entourent ? Savez-vous que l’agriculture biologique, tant mise en avant par notre ministre de l’Agriculture, est privée des aides à la conversion pour cause de caisse vide ? Pendant ce temps, la machine « lutte pour la transition écologique » vient stresser une opinion allant jusqu’à aller chercher une jeune Greta de 16 ans pour déclamer ce qu’on lui a dicté (avant sa rencontre à l’Assemblée nationale, ses endoctrineurs avaient oublié le Ceta).

Quand on nous prédit la météo et ses conséquences apocalyptiques dans 30, 50 ou 100 ans alors que les prévisions météorologiques ne sont pas toujours très fiables à 3 jours, on peut se poser les questions que se posent nombre de climatologues qui n’ont pas autant de chance que Greta pour être entendus. Dans ce domaine, nous devons être humbles avant de rendre l’Homme responsable du réchauffement : pourquoi il y a 1 000  ans le taux de CO2 était supérieur à celui d’aujourd’hui ? Pourquoi Rochefort était un port ? Pourquoi le niveau de la mer était à + 1m20 à Bordeaux (et ailleurs bien sûr), raison pour laquelle il est question de cours (petite Venise !), voilà 7 ou 8 siècles (les glaciers n’avaient-ils pas fondu ?) ? Pourquoi la vigne était cultivée dans le Nord ? Que ne met-on pas la position de la Terre par rapport au soleil en questionnement ?

Allons, laissons nos enfants jouer, sans les stresser dès le berceau comme la machine politique et médiatique le fait. Pendant ce temps on apprend que l’Humanité, depuis le 29 juillet (2 jours de moins que l’année précédente) a consommé son quota de matières premières. Le Ceta y est pour quelque chose, et bientôt le Mercosur. Tout cela pour vendre, entre autres et en échange de produits agricoles, des voitures que les écologistes ne veulent plus voir !

Je voulais vous dire mes réactions après votre vote. J’ai souhaité le faire pour, j’espère, vous faire prendre conscience que vos responsabilités sont grandes lorsque vous votez. J’ai préféré vous les soumettre par écrit et non pas en saccageant votre domicile ou votre permanence !

Dans mon esprit, je veux être constructif et je vous prie de croire en mes meilleurs sentiments avec tout le respect que je vous dois.

Bernard Lucas,
Retraité agricole à Voulgézac