Le 26 janvier dernier, le tribunal de Bordeaux a condamné 5 individus ayant francisé près de 34 587 hl de vins espagnols commercialisés sous appellations bordelaises. La Coordination Rurale (CR), comme elle le fait depuis toujours, se bat contre de telles pratiques qui créent une concurrence déloyale pour les agriculteurs français.

 

Quels sont les faits condamnés ?

Avec plus de 2 millions de vols et ayant généré environ 1,24 million d’euros de bénéfices, un vaste réseau de francisation et d’usurpation d’appellation a été lourdement condamné par le tribunal : un million d’euros réparti entre amendes, pénalités fiscales et dédommagements. Certains prévenus ont également écopé de peines de prison.

 

Des conséquences néfastes pour les viticulteurs

Alors que les viticulteurs de Bordeaux vivent une crise sans précédent, de telles pratiques ne vont pas les aider à s’en sortir. En effet, ces fraudes ont une double conséquence pour les viticulteurs. Cela peut entraîner une perte de confiance dans les provenances indiquées sur les vins, étant donné que les consommateurs tiennent compte de l’origine au moment de l’achat. Pour ce qui est des viticulteurs, ils subissent une perte financière puisque la francisation entraîne les prix vers le bas ainsi qu’une concurrence déloyale.

Dans la même catégorie

Grandes cultures
Alimentation
Économie
Dégâts de gibiers