Monsieur le Ministre,

Comme vous le savez, les professionnels de l’élevage ont traversé une succession de crises économiques sans précédent, qui viennent mettre en péril la survie de nombreuses exploitations.

Pour aggraver cette situation, ils sont victimes depuis plusieurs années maintenant des actions menées par les associations antispécistes qui cherchent à abolir l’élevage en diffamant notre métier.

Aujourd’hui, nous constatons que l’association L214, connue pour ses vidéos illégales tournées dans les abattoirs et les élevages, franchit un cap supplémentaire en créant un département pédagogique intitulé «L214 Education ». Ce département a pour objectif de proposer des supports de communication et des argumentaires pour diffuser sa vision du spécisme et du droit des animaux dans les écoles. Il organise des interventions  dans les classes allant de la maternelle au lycée.

S’il relève de la liberté de chacun d’exprimer ses opinions dans le domaine public, il est cependant nécessaire d’exercer un contrôle et une surveillance des messages diffusés auprès des jeunes élèves, d’autant plus lorsque ce message vise à porter atteinte à une filière nourricière qui représente une part extrêmement importante des professionnels de l’agriculture. La Coordination Rurale est choquée que de telles associations puissent délivrer des messages trompeurs voir mensongers au sein de l’enseignement public.

Un module intitulé « Un animal comme moi » est ainsi proposé aux classes de maternelles et de CP pour expliquer en quoi les animaux sont les égaux des humains. C’est inacceptable alors qu’un rapport ministériel sur les dérives sectaires pointe les mouvements animalistes comme pouvant mettre en danger les enfants.

Un autre module, intitulé « quelle alimentation pour demain » est proposé dans le cadre des cours de Sciences et Vie de la Terre de collège et de lycée pour inciter à la dé-consommation de produits d’origine animale. Cela est d’autant plus scandaleux que les données scientifiques ne permettent absolument pas d’affirmer que les régimes carnés sont plus dangereux pour l’alimentation humaine ou l’environnement que d’autres régimes alimentaires et que certaines affirment même l’impérieuse nécessité sanitaire de consommer des produits carnés.

La Coordination Rurale demande donc qu’en tant que ministre de l’éducation nationale, vous interveniez directement auprès des établissements concernés pour faire connaître votre opposition à l’organisation de telles interventions, qui relèvent bien davantage du prosélytisme que de la formation et que vous preniez les mesures ou sanctions nécessaires afin que de telles pratiques n’aient plus cours. La Coordination Rurale sera vigilante sur le terrain et n’hésitera pas à vous faire remonter toute dérive dont elle aurait l’écho.

Certains de l’attention que vous porterez à notre demande, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération.

Bernard Lannes PrésidentAlexandre Armel Président de la section ViandeVéronique Le Floc'h Présidente de la section LaitPascal Aubry Président de la section Porcs     Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, Rapport d’activité 2016 et 1er semestre 2017, p. 21

Dans la même catégorie

Évènements
Paroles d'agriculteurs
Élevage
Lait