Les quotas d’importation de fruits en provenance de Moldavie vont pouvoir être doublés suite à une proposition de la Commission européenne. Cette proposition est une mesure de soutien envers ce pays dans le contexte de crise ukrainienne. Tout comme l’ANPP et la FNPF, la Coordination Rurale craint une déstabilisation des marchés.

Les prunes, raisins de table, pommes, tomates, cerises, ail et jus de raisin pourront être exemptés de droits de douane à leur entrée dans l’Union européenne et leurs quantités pourront être doublées.

« Faire rentrer davantage de fruits sur le marché risque fortement de le déstabiliser », s’exprime Sébastien Héraud, responsable de la section Fruits et Légumes de la Coordination Rurale. « Ces fruits vont être en concurrence directe avec nos fruits français qui, en plus de cela, ne sont pas soumis aux mêmes règles sanitaires et écologiques. Une fois de plus, ce sont les agriculteurs français qui vont subir les conséquences et une concurrence déloyale. »

La souveraineté alimentaire passera d’abord par une solidarité nationale avec l’agriculture française et avec une meilleure rémunération des agriculteurs. Les accords hors UE dégradent cette solidarité et laisse les agriculteurs seuls face aux concurrences déloyales imposées par ces mêmes accords.

Dans la même catégorie

Fruits et Légumes
Économie
Fruits et Légumes
Fruits et Légumes