Ce n’est plus une surprise, le prix des denrées alimentaires, dont font partie les fruits et légumes, a augmenté ces dernières semaines et a une conséquence directe sur le pouvoir d’achat des consommateurs. La raison ? Une augmentation des charges et des intrants comme le carburant et les engrais, en est la principale cause.

 

Des fruits et légumes chers, mais à peine rémunérateurs pour les agriculteurs

Il ne faut pas oublier qu’un agriculteur, comme tout autre chef d’entreprise, souhaite vivre dignement de son métier et gagner un revenu. Les agriculteurs ne profitent pas de la crise pour augmenter leurs produits, mais ils sont aussi eux-mêmes victimes d’augmentations et n’ont pas d’autres choix que de les répercuter sur les prix de vente, même si ce n’est pas proportionnel à la hausse totale.

 

Une saisonnalité à prendre en compte

La majorité des fruits et légumes sont des produits à saisonnalité. En faisant le choix d’acheter des fruits et légumes en fonction des périodes de production (et non pas acheter des tomates en plein hiver) permettra aux consommateurs d’économiser quelques euros. Surtout qu’il y a de quoi s’interroger : certains sont prêts à payer plus de 3 euros le kilogramme de courgette en hiver, et la boude en plein été, alors qu’elle est à 1 euro du kilogramme. Pourquoi faire le choix de la payer plus chère pendant une période où elle n’est pas produite en France et ne plus en acheter lors de sa pleine production sur notre territoire ?

« C’est à vous consommateurs de faire changer les choses ! », déclare Sébastien Héraud, responsable de la section Fruits et Légumes de la CR. « En choisissant d’acheter des produits de saison et français, vous prendrez soin de votre portefeuille et vous vous garantissez une nourriture saine et de qualité. »

Dans la même catégorie

Fruits et Légumes
Fruits et Légumes
Fruits et Légumes
Économie