Ce Collectif, né à l’automne dernier, estime que les diverses réformes, tant au niveau européen que français*, vont entraîner la disparition de 80% des substances actives d’ici 2012. Afin de pallier cela, le Collectif demande :

- le maintient des dérogations pour les molécules à la fois incontournables pour la protection des cultures et respectueuses de l’environnement, afin de permettre d’établir la jonction avec des techniques alternatives ou des matières actives nouvelles générations attendues.

- le développement de produits de protection des plantes et des techniques alternatifs répondant aux exigences de santé publique et d’environnement,

- la création d’un fond d’investissement soutenu par l’Etat pour développer une protection des plantes adaptée à la production de F&L,

- la prise en compte des évaluations scientifiques des produits de protection des plantes permettant de mesurer objectivement à la fois bénéfices et risques.

Cette initiative rappelle nos multiples interventions afin de maintenir la capacité d’un bon état sanitaire des cultures, notamment des F&L : la CR soutient donc le Collectif dans ce sens. Mais quelques points nous paraissent incomplets :

- quid des mesures agro-environnementales (ZNT, DAR, délai de réentrée dans la parcelle après traitement…) ? A titre d’exemple, la mise en place des ZNT va entraîner jusqu’à 10 % de perte des surfaces d’exploitations arboricoles.

- la disparition des matières actives n’est pas que le fait de la réglementation : les firmes en sont le plus souvent la cause en ne soutenant pas leurs matières actives lors des procédures d’homologation ou de ré-homologation.

Nous considérons que l’industrie et les mesures agro-environnementales nationales pèsent au moins autant que la disparition des produits phytosanitaires sur la conduite, la gestion, l’économie et la disponibilité des F&L.

Enfin, la CR a plusieurs fois mis en évidence que les consommateurs demandent des produits présentant zéro défaut et disponibles toute l’année. Or, au moins 50 % des traitements phytosanitaires ont comme objectif l’esthétique et la conservation des F&L. Lorsque le consommateur acceptera le calendrier naturel des productions et attachera plus d’importance au goût qu’à l’aspect, il sera possible de les diminuer fortement.

* révision de la directive européenne 91.414, directive européenne « Utilisation durable des pesticides », et au niveau français : Plan Interministériel de Réduction des Risques Phytosanitaires, arrêté du 12 septembre 2006, Grenelle de l’environnement

Dans la même catégorie

Fruits et Légumes
Fruits et Légumes
Les sections
Fruits et Légumes