L'info régionale

Réseaux sociaux

Les agriculteurs sont les premiers écologistes !

Les agriculteurs sont les premiers écologistes !

L’écologie n’est pas réservée aux partis politiques, aux associations et autres ONG ! C’est aussi l’affaire des agriculteurs. Il est donc urgent de rendre à l’agriculture française sa place d’acteur majeur dans la préservation de l’environnement.

Depuis plus de trente ans, les agriculteurs ont métamorphosés leurs approches et leurs pratiques culturales. Ils ont fait évoluer leurs techniques et, avec elles, progresser la recherche et le développement. Ils se sont adaptés à de nouveaux cahiers des charges et de nouvelles réglementations. Ils ont acceptés d’être contrôlés, observés, critiqués… Alors, oui, et même si cela me vaut les foudres de certains écolos radicaux, les agriculteurs sont les premiers écologistes !

De nous, agriculteurs, dépend la santé de nos écosystèmes terrestres, aquatiques et forestiers. L’agriculture est d’ailleurs une véritable solution de lutte contre les incendies géants qui se multiplient ces dernières années. En travaillant le sol et la terre, en faisant pâturer nos bêtes, nous défrichons des espaces, ouvrons des voies, façonnons les paysages.
Cette année encore, c’est donc avec une grande amertume que nous dénombrons les hectares en proie aux flammes. Déjà plus de 45 000 ha sont partis en fumée en France, et, avec eux, c’est toute la faune sauvage qui est ravagée.

Face à cette catastrophe sans précédent, il faut dénoncer le véritable écran de fumée : celui du militantisme écologique qui a mené à cette situation.
Il y a un an, en effet, des écologistes félicitaient la sénatrice Monique de Marco d’Europe Écologie Les Verts, d’être parvenue à empêcher les aménagements souhaités par les pompiers pour protéger la forêt de la Teste-de-Buch du feu. Cette dernière se congratulait d’ailleurs sur Tweeter le 13 juillet 2021: « Victoire ! Suite à mon intervention, le Gouvernement suspend le plan simple de gestion de la forêt usagère à de la Teste-de-Buch. Il s’engage à mener une mission d’inspection pour protéger ce patrimoine forestier et culturel ».
Merci donc Madame la Sénatrice ! Aujourd’hui, grâce à votre intervention, il n’y a tout simplement plus de forêt ! À vous, maintenant, comme à tous vos petits camarades écolos bobos jusqu’au-boutistes d’assumer les conséquences graves de cet écocide !

Je suis révolté par l’aveuglement politique et la gestion bureaucratique des espaces ruraux qui mènent malheureusement à de sérieuses blessures de Dame Nature et dont la cicatrisation prendra des années. La Coordination Rurale s’élève contre ces pratiques et lutte avec acharnement contre cette écologie politique, dogmatique et punitive qui asservit nos agriculteurs voire confisque aux acteurs de la ruralité l’existence et le développement de leur territoire.
Je suggère, d’ailleurs, pour aller encore plus loin, de rendre pénalement responsables les partisans de la NON GESTION de la nature, d’autant plus quand les actions et les mesures mises en places mènent à de graves dégâts sur la biodiversité et sur l’environnement.

L’autre écran de fumée qu’il faut dénoncer, c’est l’absurdité des décisions du Gouvernement, qui, au lieu de soutenir l’agriculture française, préfère mettre sous cloche une partie de notre territoire. Sa stratégie : la création d’aires protégées supplémentaires et le placement de 10 % de ces zones sous « protection forte », afin de favoriser les équilibres entre nature préservée et activité humaine.
Une ineptie ! À l’horizon 2030, la population de notre planète dépassera les 9 milliards d’êtres humains. La FAO nous alerte : d’ici quinze ans, les besoins alimentaires en céréales seront 50 % plus importants qu’aujourd’hui. Ce combat pour la biodiversité c’est donc aussi un combat pour notre propre survie et pour notre alimentation, à travers lequel il est essentiel d’inscrire l’agriculture de demain !

Plus que jamais, il est urgent de reconnaître l’activité agricole ou sylvicole comme vectrice de biodiversité. Il en est de même pour et les agriculteurs ou les forestiers qui sont des acteurs de l’environnement et qui contribuent à maintenir et à façonner nos paysages via une activité agricole ou forestière responsable.
C’est ce que défend avec conviction la Coordination Rurale, dont nous fêtons cette année les 30 ans. Le syndicat s’est d’ailleurs illustré dans de nombreuses batailles, notamment en 1992, autour du slogan « Tous unis contre la PAC 92 ». Trois décennies plus tard, un nouveau combat commence sous la bannière « Tous unis pour la défense de la ruralité ».

La brutalité des écolos radicaux ne doit pas nous museler, ni nous faire reculer. Ne laissons pas une minorité décider à notre place et nous dicter ses pensées !
Oui, nous pouvons concilier écologie et agriculture.
Les agriculteurs ont entre leurs mains notre avenir alimentaire ainsi que l’entretien et la valorisation de nos espaces naturels : soutenons-les !

Max Bauer, Secrétaire général adjoint de la CRUN
Président de la CR PACA et CR 83