L'info régionale

Réseaux sociaux

Le steak, c’est de la viande !

Le steak, c’est de la viande !

Le vendredi 23 octobre ont été présentés au Parlement Européen des amendements en faveur d’une protection des termes destinés à l’usage des produits carnés. Les eurodéputés ont rejeté la proposition d’interdire les termes « burger » ou « steak » aux produits végétariens. Ces termes peuvent donc continuer à être associés à des produits végétariens, et ce alors même qu’ils ne contiennent pas de viande.

La Coordination Rurale déplore l’utilisation du terme « steak » pour désigner des produits composés essentiellement de végétaux. En effet, le terme anglophone « steak » désigne littéralement une « tranche de chair à griller », ce choix n’est donc même pas justifié par l’étymologie ! De plus, cela fait courir un risque de confusion lors de l’achat pour les consommateurs. Ces dénominations leur laissent notamment croire que ces substituts végétaux ont les mêmes propriétés nutritives que les produits animaux, ce qui est absolument faux. Une fois de plus l’Europe ne compte pas préserver ses éleveurs mais cède à l’appel des lobbys agro-alimentaires.

Le terme steak ne bénéficie donc d’aucune définition d’usage à l’échelle européenne (il peut désigner des spécialités végétales comme animales). Néanmoins, chaque État membre est libre de prendre les mesures nécessaires pour protéger les dénominations des viandes : le décret français est en cours de rédaction, conformément à l’article 5 de la loi sur la transparence de l’information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires du 27 mai 2020, désormais intégré au code de la Consommation à l’article L 412-10.

 

Le yaourt ne pourra, de son côté, plus être végétal

Concernant les produits laitiers, les eurodéputés ont voté en faveur d’un amendement qui interdit l’usage des noms « yaourt », « fromage » ou « crème » composés de produits végétaux. Les « fromages de tofu » ou les « yaourt au soja » ne trouveront donc plus leur places sur les étals, et devront donc changer de nom. Pour rappel, la Cour de Justice de l’Union européenne avait interdit l’usage du terme « lait de soja » en 2017, jugé trompeur pour les consommateurs.