L'info régionale

Réseaux sociaux

Le respect du milieu aquatique par la destruction des ouvrages d’eau

Barrage

Le respect du milieu aquatique par la destruction des ouvrages d’eau

En février 2021, le ministère de la Transition écologique a proposé le projet de loi Climat visant à lutter contre le dérèglement climatique. Début avril, des dizaines de députés ont voté contre un article de ce projet de loi : l’article 19.

Voici ce que dit l’article 19 :

« Le respect des équilibres naturels implique la préservation et, le cas échéant, la restauration des fonctionnalités naturelles des écosystèmes aquatiques et de leurs interactions. Ces fonctionnalités sont essentielles à la reconquête de la biodiversité, à l’adaptation au changement climatique ainsi qu’à l’atténuation de ses effets et participent à la lutte contre les pollutions. À ce titre, les écosystèmes aquatiques constituent des éléments essentiels du patrimoine naturel et paysager de la nation. »

A priori, rien de bien dérangeant. Ce qui n’est pas écrit cependant, c’est que cet article, autorise le financement de la destruction des moulins à eau. La destruction de notre patrimoine hydraulique permettrait à la faune aquatique de mieux se déplacer.

Les députés ont proposé plusieurs amendements excluant la possibilité pour les agences de l’eau de financer la destruction des seuils de retenue des moulins. Ils préfèrent valoriser l’entretien, la gestion et l’équipement de ces ouvrages pour permettre aux poissons migrateurs et sédiments de se déplacer.

Personne n’a envie de tuer les moulins

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a voulu tempérer le débat « Personne n’a envie de tuer les moulins. Il faudrait avoir enfin une démarche apaisée : le sujet suscite une passion quelque peu excessive, disproportionnée. Dans ce domaine, les problèmes se posent de manière très ponctuelle et peuvent être réglés autour d’une table ».

La Coordination Rurale se réjouit de ces amendements et de la position qu’ont pris les députés. Alexandre Armel, rappelle d’ailleurs : « Les seuils des moulins créent des retenues d’eau où les poissons se réfugient en attendant la fin des étiages. Ces mini-barrages n’ont jamais, depuis plus de mille ans, empêché les poissons de circuler sinon ils auraient disparu depuis longtemps. »