L'info régionale

Réseaux sociaux

Lait : La transparence doit être instaurée de toute urgence !

vaches

Lait : La transparence doit être instaurée de toute urgence !

La quantité de lait actuellement produite dans les élevages semble trop élevée par rapport aux besoins du marché. La CR prend acte de la volonté du Cniel d’agir en proposant une incitation à la réduction. Cependant, une des principales raisons de cette crise qui s’annonce est la totale opacité des secteurs de la transformation et de la distribution. Malgré les demandes répétées de la CR, il est impossible de connaître les besoins de l’aval, ce qui laisse à penser qu’il joue sur une crise conjoncturelle pour faire payer aux éleveurs une crise avant tout structurelle.

Dans l’objectif d’adopter une régulation en phase avec la demande, il est ainsi indispensable de connaître en temps réel l’état des stocks de chaque produit industriel. Si les stocks de roulement sont nécessaires pour assurer un approvisionnement optimal des marchés, il est cependant primordial de connaître le niveau au-delà duquel ils deviendraient toxiques pour la filière.

La crise actuelle s’étend à l’échelle mondiale, et l’ensemble des marchés européens se retrouve déséquilibré. La CR craint que les mesures de soutien mises en place par la France soient peine perdue face à l’inaction des autres grands pays producteurs européens. La réduction proposée par le Cniel permettra – si tout le budget est consommé – de réduire la production d’environ 31 millions de litres, une goutte de lait face à la production européenne. Les éleveurs français payeraient ainsi plusieurs fois la note : par le financement du fonds, par la réduction de la production et pour certains par la baisse du prix. Pour la CR, il s’agit surtout d’un cadeau aux industriels.

Dans un souci d’harmonisation européenne, la Coordination Rurale demande que soit mis en place au plus vite le Programme de responsabilisation face au marché (PRM), seul outil permettant de s’atteler rapidement aux crises à venir, et que la CR réclame depuis 2014 aux côtés de l’European Milk Board (EMB). Une déclinaison de cet outil avait d’ailleurs permis de prouver son efficacité en 2016 quand une petite réduction des volumes de lait a eu un effet important sur le prix.