Lors du dernier conseil d'administration du Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel), l'Organisation des producteurs de lait (OPL) de la CR a été signataire d'une grille servant d'architecture au plan filière, mais dans la transposition, certains éléments ont été minimisés voire occultés. Au final, il nous apparaît que ce plan ne prend pas la mesure des attentes des producteurs.

Ce plan filière ne propose pas de réels changements par rapport à la situation actuelle, notamment dans la fixation du prix à la production. Cet aspect, qui devait se traduire par des indicateurs de coût de production, a été supplanté par des indicateurs de valorisation. Ainsi, le plan n'affiche pas une volonté d'inverser le mécanisme de formation des prix. Sans cela, il est impossible de sortir d'une logique de régulation par les prix au détriment des éleveurs pour aboutir à une régulation des volumes pour les producteurs.

Le plan filière fait la part belle à une vision exportatrice en indiquant que 40 % de la production française est exportée. Nous contestons cette présentation qui passe sous silence les importations notamment en provenance des partenaires européens. En réalité, ce sont 15 % des volumes produits qui sont exportés sur le marché européen et mondial en prenant en compte les importations.

L'OPL de la CR ne peut donc pas accepter que notre filière soit uniquement basée sur cette vision exportatrice qui n’apporte pas de valorisation satisfaisante. Notre haut niveau d’exigence en termes de normes sociales et environnementales n’est pas compatible avec le marché mondial fondé sur la course au prix bas. L'ensemble des efforts de segmentation et d'amélioration de la qualité au regard des attentes des consommateurs sera donc supporté par les producteurs !

Dans la même catégorie

Évènements
Paroles d'agriculteurs
Élevage
Lait