La Coordination Rurale appelle à plus de représentativité dans les délibérations et prises de décisions qui intéressent l’ensemble des agriculteurs. Encore trop souvent, le syndicat agricole majoritaire reste le seul consulté lors de réunions informelles ou à l’occasion d’échanges plus officiels qui constituent le quotidien de nos institutions.

La volonté d’un dialogue renforcé avec tous les corps intermédiaires semble pourtant se dessiner dans le paysage politique. C’est heureux car, sans pluralité, comment espérer un débat démocratique sain et digne de confiance ? Une confiance qui, précisément, se gagne à travers l’écoute et le respect de voix différentes voire antagonistes.

On dira que c’est par esprit d’efficacité et de pragmatisme que l’on questionnera uniquement le tandem FNSEA/JA, mais c’est bien au nom d’une certaine vision de l’agriculture : celle des secteurs de l’agro-industrie et de l’agro-fourniture qu’est permis, en toute complaisance, ce jeu de dupes.

Exemples récents de ce manque de représentativité : la présence marquée de la FNSEA au lancement du Conseil national de la refondation ce jeudi. Alors même que le président a souligné que « toutes les associations d'élus présentes », ainsi qu'une « large part des organisations syndicales », la Coordination Rurale, pourtant deuxième syndicat agricole du pays, n’a pas été conviée. Cette même semaine, Emmanuel Macron a fait, à Terre de Jim, évènement organisé par les Jeunes Agriculteurs, alliés de la FNSEA, des annonces concernant tous les agriculteurs.

La Coordination Rurale, syndicat résolument apartisan, porte depuis maintenant 30 ans des idées singulières par rapport au modèle majoritaire qui ont, malgré cela, fait leur chemin. Sans doute parce qu’elles sont le fait du bon sens paysan et non d’intérêts financiers. Il est encore possible d’espérer en France.

C’est également pour cette raison que notre syndicat revendique depuis plusieurs années un siège au sein du Haut conseil de la coopération agricole (HCCA). Cela afin de le rendre réellement représentatif du paysage syndical et de mettre fin à la seule gouvernance de certaines coopératives s’apparentant davantage à des sociétés multinationales qu’à de véritables paysans coopérateurs.

Dans la même catégorie

Réglementation et contrôles
Aides animales
Aides végétales
Évènements