Depuis plusieurs années, la Coordination Rurale dénonce auprès du gouvernement français et de l’Europe les importations de denrées alimentaires chargées de substances actives (SA) interdites à l'usage en Europe. La dernière évolution traduit le désintérêt total de la Commission européenne sur ce sujet pourtant majeur.

Sous la présidence française de l'Union européenne, il avait été mis en avant une liste de 100 substances actives interdites en Europe qui disposent d'une limite maximale de résidus (LMR) supérieure à la limite de détection. Suite à ce constat, la Commission a prévu la révision des règles pour seulement 10 de ces SA ! Une révision qui devrait d’ailleurs traîner dans le temps, la Commission ayant indiqué vouloir obtenir l'avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (l'EFSA) avant d’agir.

« C’est inadmissible ! La Commission se moque non seulement de la distorsion de concurrence qu'il peut y avoir entre les agriculteurs européens et ceux des pays tiers, mais surtout des consommateurs qui mangent ces denrées potentiellement toxiques importées », s’insurge Max Bauer secrétaire général adjoint.

Pour la Coordination Rurale, le constat est clair : si ces substances actives sont interdites en France et en Europe c'est qu'elles présentent un ou plusieurs risques inacceptables. Ou l’Europe considère qu'elle s'est trompée et elle réintègre ces substances dans la liste européenne des SA autorisées, ou bien la Commission européenne pose une interdiction formelle et non négociable des aliments susceptibles de contenir ces SA à l'import ; et il n'y a pas besoin d'un avis de l'EFSA pour cela !

Dans la même catégorie

Importations
Importations
Importations
Importations