Représentant de la Coordination Rurale à cet atelier : Pascal Aubry, éleveur de porcs à Simplé (53)

Si le sujet pouvait laisser perplexe, tant la complexité de l’énoncé laissait songeur, l’atelier s’avère passionnant. Seul bémol observé par la CR : les chamailleries entre associations ; c’est à celle qui obtiendra la palme de la plus grande pauvreté concernant les personnes qu’elle aide, choquant !

Dans un premier temps, un point sur la situation a été dressé : en France 50 % des personnes ont des revenus inférieurs à 1692 € par mois*. Presque 5 millions de personnes ont accès à l’aide alimentaire. On estime entre 4 et 5 millions le nombre de personnes non détectées mais se trouvant pourtant dans une situation similaire. Au titre des constats il est rappelé que :

  • l’alimentation est la variable d’ajustement des budgets des ménages ;
  • sur les 8 à 9 millions de personnes en situation précaire nombre d’entre elles ne savent pas gérer un budget ;
  • dans la composition sociale des personnes précaires (chiffre précédemment cité) on trouve des étudiants, des travailleurs pauvres, des retraités, des paysans, etc.

La CR a fait le constat d’une surproduction avec des prix en baisse pour les producteurs et a rappelé que la sous-alimentation n’est pas une question de volume mais bien de prix.

La CR propose la création de bons d’alimentation semblables aux cartes de fidélité des GMS. Cela permet de protéger l’anonymat du détenteur. Cela permet également aux donateurs de savoir que l’argent ira bien à l’alimentation. Il faut également que les bons soient destinés à une alimentation d'origine France : gage de qualité. La CR demande également la mise en place de l'exception agriculturelle permettant, à terme, d’éviter que de nouveaux agriculteurs grossissent les rangs des ayants droit en France comme à l'étranger.

* L’origine de ce chiffre n’a pas été clairement expliquée. C’est sans doute une moyenne. Cependant, il existe un chiffre proche souvent cité. Il peut s’agir du montant du SMIC brut mensuel pour 39 h. Avec 25 % de majoration pour les heures supplémentaires après déduction de la CSG et CRDS. Le chiffre exact souvent cité est 1691,7€.

 

Dans la même catégorie

Paroles d'agriculteurs
Alimentation
Alimentation
Alimentation