L'info régionale

Réseaux sociaux

La section Viande de la CR sceptique mais ouverte sur la contractualisation

bovins

La section Viande de la CR sceptique mais ouverte sur la contractualisation

Puisque le ministre de l’Agriculture souhaite proposer des prix et pas des primes aux éleveurs allaitants à travers la loi EGA2 et la contractualisation obligatoire, la section Viande de la Coordination Rurale souhaite donner une chance à ses propositions, malgré de nombreuses interrogations et réticences. Afin d’améliorer l’acceptabilité et la faisabilité de cette mesure, elle demande que cette contractualisation se limite à 70 % des cheptels. Les éleveurs doivent pouvoir garder la main sur une partie de leur commercialisation.

« Les revenus des éleveurs allaitants sont parmi les plus faibles des agriculteurs français. Nous partageons le constat qui est fait par les autorités à savoir que le statu quo ne peut plus durer. La loi EGAlim 1 a été un échec ; aussi nous émettons des réserves sur les effets de la seconde version. Cependant, nous ne souhaitons pas rester uniquement dans une position de critique, et donc aspirons à participer à un retour de la valeur en ferme » affirme Stéphane Charbonneau, responsable de la section Viande de la CR.

La Coordination Rurale, qui s’est toujours opposée à la contractualisation obligatoire estimant qu’elle prive les éleveurs de liberté, émet plusieurs réserves :

  • Comment une contractualisation franco-française pourra s’inscrire dans le marché européen à la fois pour les importations, mais aussi pour les exportations ? N’y aura-t-il pas une tentation des industriels à se fournir à l’étranger ? Nos positions à l’export sont-elles suffisamment robustes pour imposer nos coûts de production ?
  • La contractualisation se met en place dans un contexte de hausse des prix, ne risque-t-elle donc pas de limiter cet effet de marché ? De plus, elle intervient alors que les coûts de production sont au plus haut : les indicateurs de coût de production seront-ils suffisamment fiables pour éviter une chute des prix par la suite ?

Il reste beaucoup de zones d’ombre à éclaircir avant le 1er janvier, et peu de temps pour parvenir à des contrats et à des indicateurs respectant le travail des éleveurs. La section Viande de la CR travaillera avec tous les partenaires volontaires pour que l’esprit de la loi se traduise sur le terrain.