L'info régionale

Réseaux sociaux

La section Porcs rencontre les conseillères et le conseiller du ministre

La section Porcs rencontre les conseillères et le conseiller du ministre

Le 30 novembre dernier, les représentants de la section Porcs de la Coordination Rurale ont rencontré les conseillères et conseillers du ministre de l’Agriculture, Mme Urwana Querrec, Mme Carole LY et M. Guillaume Clerget.

Les membres de la section ont, une nouvelle fois, présenté la situation économique des éleveurs de porcs qui ne cesse de se dégrader au fil des mois sans perspective d’amélioration, conséquence de la hausse des matières premières. Nous avons rappelé que les éleveurs français ne doivent pas être les otages d’une guerre de bassin de production. En effet, ils ne sont responsables ni de la situation sanitaire en Allemagne, ni des conséquences de la crise sanitaire mondiale.

Nous avons demandé que l’État mette en place des mesures d’aide en faveur des producteurs comme l’exonération de charges sociales. Mais aussi qu’il se mobilise au niveau européen pour que l’Espagne arrête la hausse de sa production. De même, nous souhaitons que la régulation de la production soit reconsidérée.

Nous avons interrogé les conseillers.ères du ministre pour savoir si la directive européenne nitrate est aussi bien appliquée en Espagne qu’en France.

Nous avons informé nos interlocuteurs du manque d’information des éleveurs concernant l’application de la loi EGalim 2, notamment au niveau de la contractualisation et des éléments à intégrer aux contrats.

Puis nous avons mis en évidence que la guerre que se livrent la Cooperl et Bigard via l’interprofession et qui est destructrice pour les producteurs. De même, les sanctions qu’un groupe d’éleveurs Cooperl va subir suite à leur question sur le fonctionnement de leur groupement ont été évoqués.

Pour finir, nous avons relevé l’absence de collectif au sein de la profession. L’AOP étant une AOP de façade, dirigée par des professionnels protégés par des contrats rémunérateurs.

La rencontre a duré près de 2h et a notamment permis aux conseillers d’expliquer en détail la loi EGalim 2.