L'info régionale

Réseaux sociaux

La Nièvre et le Jura tardivement inclus dans le dispositif sécheresse, toujours rien pour les autres départements de BFC

sécheresse

La Nièvre et le Jura tardivement inclus dans le dispositif sécheresse, toujours rien pour les autres départements de BFC

Alors qu’aucun département de Bourgogne-Franche-Comté n’était concerné par l’arrêté du 1er juillet, la dérogation permettant la valorisation fourragère des jachères a été étendue le 23 juillet à la Nièvre et au Jura. Elle permet ainsi, sous réserve de déclaration à la DDT, de garder le classement en SIE de ses surfaces pâturées ou fauchées.

L’an dernier, cette dérogation avait été actée au mois d’octobre, ce qui n’avait évidemment pas permis aux éleveurs de reconstituer leurs stocks de fourrages pour l’hiver. En prévision de la nouvelle sécheresse de cette année, anticipée de longue date, la CR demandait dès le mois d’avril la reconduction de cette dérogation pour 2019.
À croire que cela n’a pas servi de leçon au ministère qui, avec un mois de juin très chaud et des jachères soit déjà broyées soit presque grillées, n’a autorisé leur valorisation que le 1er juillet. De plus cette mesure ne concerne que les éleveurs, qui ont relativement peu de surfaces en jachère mais qui pourraient faire usage de celles des céréaliers, et que certains départements, dont aucun de BFC alors que la région était déjà en situation exceptionnellement sèche.

C’est seulement le 23 juillet que le ministère s’est décidé à étendre cette dérogation à 9 départements supplémentaires, dont la Nièvre et le Jura. Une décision salutaire.. si elle était arrivée bien plus tôt, et n’avait pas été cantonnée à deux de nos départements : la sécheresse a déjà bien impacté la Saône-et-Loire et la Côte-d’Or notamment, cette dernière ayant cumulé seulement 75mm de pluie depuis début mai.

Nous regrettons donc l’inertie de nos décideurs, qui en appellent maintenant à la solidarité envers les régions en pénurie de fourrages, et demandent à la Commission européenne d’augmenter les taux d’avance des aides en prévision des achats de fourrages. Limiter la casse semble donc plus facile qu’intégrer que l’herbe pousse surtout au printemps…