L'info régionale

Réseaux sociaux

La HVE doit rester un label VOLONTAIRE !

HVE CP

La HVE doit rester un label VOLONTAIRE !

Pour FGC, la démarche de certification doit rester volontaire, mais des associations environnementalistes, avec la complicité de certaines organisations agricoles, militent pour une obligation de certification, conditionnant le versement de certaines aides, PAC (éco-conditionnalité renforcée) ou autres.

Plusieurs pistes sont évoquées : la création d’un crédit d’impôt, mais aussi la proposition d’accorder des priorités dans le contrôle des structures, en conditionnant des aides ou l’accès à des marchés comme celui de la restauration collective, ou encore en obligeant des coopérateurs à se conformer aux décisions imposées par la coopérative.

Les agriculteurs sont engagés à marche forcée dans cette démarche dans laquelle il faut aller jusqu’au niveau 3. Cette démarche est évidemment lucrative pour les prestataires de services avides de nouveaux marchés. Mais, tout en étant coûteuse, elle n’apporte aucune plus-value aux agriculteurs, pire elle pourrait entraîner des mises aux normes irréalisables pour certains et augmenter les importations de denrées toxiques.

De même, ce label vient apporter de la confusion et vient directement concurrencer l’agriculture bio. Il est à craindre un report des achats vers ces produits labellisés qui ne seront pas valorisés financièrement aux producteurs.

La certification HVE niveau 3 induit des contraintes supplémentaires très lourdes et les associations écologistes elles-mêmes reconnaissent la difficulté de valoriser ces efforts sur le prix payé à la production. Car il est évident que les consommateurs rechignent à payer le surcoût, pour un produit intrinsèquement identique.

FGC refuse d’opposer les différents modes de production. L’agriculture bio et l’agroécologie doivent participer à l’optimisation de toutes les agricultures, et non faire table rase de l’agriculture conventionnelle qui nous nourrit. La HVE doit donc rester un label volontaire et les agriculteurs ne doivent subir aucune pression pour y souscrire !