L'info régionale

Réseaux sociaux

La diminution des installations agricoles continue

Poitiers

La diminution des installations agricoles continue

Le 10 janvier, la MSA a publié les statistiques sur l’installation en agriculture.
12 508 chefs d’exploitation se sont installés en 2020, ce qui représente une baisse de 6.7 % par rapport à 2019. Cette diminution touche toutes les catégories d’installés.

À l’échelle régionale, le nombre d’installations progresse uniquement dans le Grand Est (+11,6 %) et décroît fortement en Nouvelle-Aquitaine (-14 %) et en Île-de-France (-13,8 %).

La baisse du nombre des installations n’est pas étonnante. Puisque les prix ne sont pas rémunérateurs et ne permettent pas de couvrir les coûts de production, de moins en moins de jeunes décident de s’installer.
Pour la section Jeunes, la logique est simple : des prix rémunérateurs = des installations viables = un métier attractif !

Profil type des installés

Les jeunes de 40 ans et moins représentent 70,7 % des nouveaux agriculteurs. Ils sont les plus nombreux à s’être lancés en agriculture.
Pour permettre aux plus de 40 ans de s’installer, la section revendique la fin du critère d’âge des aides à l’installation.

Cette année encore, les jeunes installés ont choisi majoritairement la forme sociétaire. 54,2 % d’entre eux se sont installés en société (24,8 % en Gaec et 17,4 % en EARL).
Chez les jeunes, la superficie moyenne exploitée est de 34,1 ha (35 ha en 2019).

Un taux de maintien plutôt satisfaisant

Il est à noter que 79,8 % des chefs d’exploitation installés en 2014 le sont encore en 2020. Pour les agriculteurs de moins de 40 ans, le taux est particulièrement élevé puisqu’il s’établit à 87,6 %. Comme les départs en retraite sont inclus dans les statistiques, pour les agriculteurs de plus de 40 ans le taux est significativement plus faible et diminue à 69,3 %.

« Pour l’élevage de bovins de type mixte, 93,2 % des jeunes installés de 2014 sont toujours exploitants agricoles en 2020. Viennent ensuite, dans l’ordre décroissant du taux de maintien, les éleveurs de bovins laitiers, les éleveurs de bovins viande, les agriculteurs pratiquant la polyculture ou le polyélevage, les arboriculteurs fruitiers, les viticulteurs », indique la MSA.

Les taux de féminisation et de pluriactivité sont en augmentation

35,9 % des jeunes installés de moins de 40 ans se déclarent pluriactifs. Ce taux est de 31,1 % pour les jeunes femmes installées.
Au total, 35,8 % des installés (jeunes ou tardifs) se sont déclarés pluriactifs en 2020, contre 34,9 % en 2019.
L’augmentation de la pluriactivité est la conséquence de la diminution des surfaces et des difficultés économiques de la profession.
La baisse significative des installations est le corollaire d’une trop faible rémunération du travail, des capitaux et des compétences des agriculteurs, et de contraintes administratives et réglementaires ruineuses et souvent injustifiées.

À la Coordination Rurale, nous demandons une simplification du parcours à l’installation. Ceci passe par une meilleure prise en compte du statut de pluriactif. En effet, ce statut ne doit pas être discriminant lors de l’examen d’un projet d’installation.

En 2020, la part des femmes chez les jeunes installés est en hausse, il atteint 32 % (contre 30.5 % en 2019).

Les premiers résultats du recensement agricole 2020

Pour comparaison, les premiers résultats du recensement agricole 2020 sont sortis.
En 2020, la France métropolitaine ne compte plus que 389 000 exploitations agricoles, soit environ 100 000 de moins qu’en 2010. Elles sont désormais plus nombreuses à être spécialisées en grandes cultures (52%).

En conséquence de la diminution du nombre d’exploitations, celles-ci continuent de s’agrandir entre 2010 et 2020 (elles font en moyenne 69 ha, soit 14 ha de plus qu’en 2010).
Plus haut, nous pouvons voir que la superficie moyenne exploitée pour les jeunes installés est de 34,1 hectares et que celle-ci continue de baisser alors même que celles des exploitants déjà installés ne cessent d’augmenter. C’est pourquoi, la section Jeunes milite pour une réforme de la gestion du foncier visant notamment à favoriser l’accès aux jeunes installés.

En 2020, une exploitation agricole sur quatre est dirigée par une femme.
Même si le nombre d’installations d’agriculteurs reste stable sur la période, il manque encore 7 000 installés par an pour compenser les départs à la retraite. En effet, 58% des chefs d’exploitation ont plus de 50 ans (52% en 2010).
Un signe encourageant est que la part d’agriculteurs de moins de 40 ans qui s’installent ne décroît pas depuis 10 ans.

La position de la Coordination Rurale est claire : seuls des prix rémunérateurs rendront le métier attractif et permettront des installations viables !