L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR53 et la CR85 offrent un veau au préfet de leurs départements

La CR53 et la CR85 offrent un veau au préfet de leurs départements

Mardi 23 février, la CR 85 et la CR 53 se sont rassemblées devant les préfectures de leurs départements respectifs pour exprimer leur exaspération face à la course aux prix bas dont les agriculteurs font les frais.

Le veau, symbole des prix bas

Les préfets de la Mayenne et de la Vendée ont reçu un veau chacun, ces deux veaux portaient le nom de Régulation, une mesure indispensable attendue par les éleveurs laitiers depuis de nombreuses années. Ces veaux symbolisaient en effet les prix bas auxquels sont aujourd’hui astreints les agriculteurs.

Sur ce graphique, il est facile de se rendre compte que la cotation du veau mâle 2020 est inférieure aux années précédentes. En effet, la cotation du petit veau est au plancher depuis plusieurs mois. On peut même remarquer qu’il y a eu une absence de hausse saisonnière marquée des prix au printemps.
La cotation annuelle moyenne du veau mâle laitier s’établit à 61 € par tête en 2020, contre 70 € en 2019 et 91 € en 2018.
En parallèle à cette baisse des prix du veau, les charges fixes n’ont pas diminué. Pour exemple, il suffit de regarder l’IPAMPA (l’indice des prix d’achat des moyens de production agricoles) des produits et services vétérinaires. En janvier 2005, il était de l’ordre de 77,6 €, tandis qu’en août 2020, il était de l’ordre de 112,9 €.

Stop aux fermes qui ferment

Les éleveurs ont également manifesté contre les fermetures des fermes. En Vendée, une bâche a été accrochée aux grilles de la préfecture avec comme slogan :  « Stop aux fermes qui ferment ».
Lors des deux manifestations, une délégation composée d’adhérents CR a pu discuter avec les représentants des préfectures, notamment de la précarité de la profession. En effet, il n’est pas rare de rencontrer des agriculteurs qui ont arrêté leur activité car ils n’arrivaient plus à se verser de salaire et de voir des fermes ne pas être reprises.
La dérégulation du marché européen est une des causes de ce malaise agricole et de la baisse du nombre d’agriculteurs en France. Certains pays inondent le marché de produits agricoles ne respectant pas nos normes et les prix sont revus à la baisse. Alors que les agriculteurs ne comptent pas leurs heures, ils ne sont pas justement rétribués et peuvent facilement se retrouver endettés.

Ils ont repris nos actions :
https://actu.fr/pays-de-la-loire/la-roche-sur-yon_85191/vendee-des-agriculteurs-manifestent-devant-la-prefecture_39721608.html
https://tvvendee.fr/journal/edition-du-23-fevrier-2021-18h/
https://actu.fr/pays-de-la-loire/laval_53130/laval-un-veau-donne-a-la-prefecture-pour-montrer-les-difficultes-des-eleveurs_39716010.html
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/laval-53000/en-mayenne-un-veau-offert-au-prefet-symbole-de-la-course-aux-prix-bas-7164721