L'info régionale

Réseaux sociaux

LA CR23 ATTEND LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE DE PIED FERME !

LA CR23 ATTEND LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE DE PIED FERME !

Après nous avoir fait un faux-bon la semaine passée, samedi 06 mars dernier Jean Castex, Premier ministre et Julien Denormandie, Ministre de l’agriculture et de l’alimentation se sont rendus en Creuse pour échanger sur les enjeux de la filière bovine, la future PAC et l’application de la loi Egalim.

Pour l’occasion, une vingtaine de paysans creusois se sont rassemblés lors du passage éclair de Monsieur le Premier ministre et le Ministre de l’Agriculture. Leur objectif était d’interpeller le Ministre sur :

  •    le malaise agricole qui sévit dans nos campagnes,
  •    le manque de prix rémunérateurs depuis de nombreuses années,
  •    des revenus inexistants,
  •    la non-application de la loi Egalim,
  •    les projets alimentaires territoriaux,
  •    des retraites trop faibles,
  •    les menus végétariens dans les services de restauration scolaire.

 

Florian Tournade Président de la CR23 a été convié à la table ronde qui se tenait au sein de la coopérative Celmar à la Souterraine afin de faire passer un message fort au Ministre. Après plus d’une heure d’échanges, quelques mesures et constats ont été annoncés :

  •  l’évidence de l’échec de la loi Egalim, mais la multiplication des contrôles dans les grandes surfaces va perdurer.
  •  la mise en place d’une enveloppe de 60 millions d’euros pour les éleveurs dont le revenu est inférieur à 11 000 € en 2020, permettant de couvrir jusqu’à 80 % des pertes d’excédent brut d’exploitation. Cette enveloppe vient en complément de l’enveloppe prévue dans le Plan de relance pour la restructuration de la filière.
  •  la revalorisation 75 à 80 % du SMIC des retraites au 1er septembre 2021 au lieu de 2022.

Les paysans de la CR23 auraient souhaité avoir l’occasion d’échanger avec le Ministre sur la crise sans précédent qu’ils subissent actuellement. Mais celui-ci n’a pas daigné s’approcher trop près craignant peut-être que la CR soit trop virulente à son égard.

Ceux-ci ont donc décidé d’allumer le feu de la colère, afin de signifier au Ministre que les grands discours ou tables rondes au sein de bureaux feutrés et les visites d’exploitations triées sur le volet ne permettent pas de prendre pleinement conscience du malaise paysan !