L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR19 interpelle le Préfet sur l’artificialisation des terres

La CR19 interpelle le Préfet sur l’artificialisation des terres

La Coordination Rurale de la Corrèze a rencontré en mars dernier M. le Préfet pour lui faire part de son mécontentement sur un projet sur une superficie de 35 ha de panneaux photovoltaïques au sol sur la commune de St Pardoux l’Ortigier.

En effet, ce projet finement orchestré par Monsieur Jean Mouzat, qui n’est autre que le Président national du Modef, va prochainement voir le jour alors que nos jeunes agriculteurs peinent à trouver des terres cultivables pour s’installer. C’est une aberration ! Du gaspillage de terres agricoles. Ces parcelles sont les meilleures pour les cultures céréalières de notre département.

Le Président de la Chambre d’agriculture reste également très silencieux sur ce projet. Il n’a pas informé suffisamment la profession lorsque celui-ci a été mis au jour. Nous sommes impuissants face à l’artificialisation de nos terres agricoles. Les prix de nos produits ne couvrant pas nos coûts de production et ne nous permettant plus de vivre dignement du fruit de notre travail, nous sommes contraints de rechercher du financement sur d’autres projets qui progressivement vont grignoter nos parcelles agricoles pour dégager des revenus.

Monsieur le Préfet a été très à l’écoute et a reconnu que des projets tels que celui-ci ne sont pas souhaitables car ils impactent largement les bonnes terres agricoles. Il serait préférable de privilégier la poste des panneaux photovoltaïques sur les parkings et les bâtiments industriels.

Comme le fait remarquer Pierre Gardette « quand on aura tout recouvert de panneaux photovoltaïques, que toutes les ressources agricoles seront passées dans les méthaniseurs, que va t-il rester au Français moyen pour manger ? »

Comment peut-on prétendre défendre notre profession et tirer les ficelles de projets tels que celui-ci ? La Coordination Rurale de Corrèze n’en restera pas là et mettra tout en œuvre pour défendre l’artificialisation des terres sur ce département d’élevage. C’est la survie de nos exploitations et l’installation de nos jeunes qui sont en danger !