L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR16 rencontre le député Jérôme Lambert

Jérôme Lambert

La CR16 rencontre le député Jérôme Lambert

Le 10 septembre dernier, la Coordination Rurale de Charente a fait sa rentrée en rencontrant le député Jérôme Lambert.
Cette entrevue avait pour but de faire le bilan d’une année agricole catastrophique, puis d’aborder avec lui l’actualité agricole du département, dont l’irrigation.

Même si Monsieur Lambert ne fait pas partie des députés les plus radicaux au sein du Gouvernement, nous avons pu avoir son positionnement clair sur plusieurs sujets qui nous touchent particulièrement.

Irrigation

Jérôme Lambert est tout à fait d’accord sur la nécessité de créer du stockage d’eau, grâce notamment à des retenues collinaires, afin de palier aux sécheresses successives. En 5 mots chers à la CR : l’eau de l’hiver pour l’été !
Toutefois, n’oublions pas que l’irrigation ne sera rentable que si nos prix redeviennent rémunérateurs. Aujourd’hui, irriguer coûte cher, trop pour nos exploitations qui ont perdu en rentabilité. Un agriculteur qui vend son blé moins cher qu’en 1990, avec en plus une baisse conséquente des aides de la PAC et une succession de mauvaises années climatiques, ne peut plus se permettre financièrement d’irriguer…

RIP

Lancé au début de l’été 2020, le Référendum d’initiative partagée (RIP) sur la condition animale n’est qu’un pas de plus vers la fin de l’élevage. Il mélange des propositions relevant du bon sens avec d’autres sous-entendant que les éleveurs ne pratiquant pas le « plein air » maltraitent leurs animaux. La CR16 a sollicité tous ses députés et sénateurs afin de leur demander de ne pas signer ce RIP.
Jérôme Lambert a également été contacté par différentes ONG lui demandant, à l’inverse, de se positionner en faveur de ce référendum et de le signer. Pour lui, il n’en est pas question car « les mesures réglementaires qui pourraient s’imposer pour améliorer le bien-être animal doivent passer par d’autres moyens que le recours à un référendum qui, par ailleurs, doit comporter une question claire nécessitant une réponse claire« .
Ont également été évoqués : le sujet récurrent des dégâts de gibiers, pour lequel monsieur Lambert se dit impuissant, ainsi que la taxe sur le foncier non-bâti, que la CR16 aimerait voir modulée en fonction du taux de perte de production. Jérôme Lambert nous a dit apporter son soutien à cette démarche.
Enfin, concernant les énergies renouvelables très à la mode en ce moment, monsieur Lambert s’est dit, comme la CR, plus favorable à l’énergie solaire, plus logique dans notre département, et moins impactante pour l’environnement.
Tags :