L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR03 tire la sonnette d’alarme

La CR03 tire la sonnette d’alarme

Suite aux nombreuses difficultés que connaissent les céréaliers du département de l’Allier, le président de la CR03, François WALRAET a souhaité alerter l’Etat (via le courrier ci dessous) sur la situation préoccupante dans laquelle se trouve la profession et a demandé la mise en place d’une concertation au niveau départemental.

« Par ce courrier, je viens vous alerter sur la situation extrêmement critique et sans précédent que connaissent les céréaliers de notre département.

Vous savez certainement que pour la deuxième année consécutive, l’agriculture souffre de conditions climatiques particulièrement défavorables : été 2018, été 2019, hiver et printemps particulièrement secs jusqu’en avril ainsi que des gelées tardives. Rajoutons à cela les impasses techniques dans lesquelles se trouvent certaines filières suite au retrait d’homologation de certains produits phytosanitaires. La fin des moissons approche et chacun d’entre nous ne peut que constater des rendements très médiocres concernant aussi bien  le colza, le blé et l’orge. Le manque de trésorerie et pour de nombreux exploitants les dettes liées aux mauvaises années qui se succèdent, laisse craindre que certains ne surmonteront pas 2020.

Je suis particulièrement préoccupé par les propos que j’entends au quotidien dans la campagne. Ces hommes et ces femmes qui se battent toute l’année pour remplir l’assiette des français se sentent délaissés, marginalisés par notre société sans pouvoir gagner dignement leur vie. Beaucoup d’entre eux se retrouvent aujourd’hui dans des situations financières catastrophiques et dans une détresse morale sans précédent.

Ainsi, il me semble de la responsabilité de l’État de mettre en place une grande concertation au sein de notre département avec l’ensemble des acteurs de la filière agricole comprenant deux axes :

  • Déterminer des actions à court terme pour permettre dans l’urgence à un certain nombre d’agriculteurs de passer l’année en cours,

  • Mettre en place une réflexion de fond afin de travailler sur des pistes d’action face à cette crise de la production céréalière dans l’Allier que l’on peut qualifier de structurelle.

Dans l’attente de vous lire dans les meilleurs délais, je vous prie de croire Madame la Préfète, en l’assurance de mes respectueuses salutations. »