L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR Gwadloup soutient les planteurs dans la crise sucrière

La CR Gwadloup soutient les planteurs dans la crise sucrière

Incident technique à la sucrerie de Marie-Galante

Suite à l’arrêt de la sucrerie SRMG à Marie-Galante, l’interprofession Iguacanne et la coopérative SICAMA ont demandé, sans consulter ni informer les planteurs, que les cannes encore sur pied soient transférées à Gardel, la sucrerie de Guadeloupe continentale. Si cela part sûrement d’une bonne intention, d’autres solutions sont possibles et très clairement préférables.

Premiers concernés, derniers consultés et pourtant, les planteurs ont leur mot à dire, puisqu’il est question de la vente de leurs produits et donc de leur rémunération. Cette situation les voit pris en otage une nouvelle fois entre l’industriel, leur coopérative SICAMA et l’interprofession Iguacanne. La Coordination Rurale de Gwadloup a eu de nombreux retours de producteurs de cannes et ils sont loin d’approuver à l’unanimité la décision de transférer les cannes à Gardel.

En outre, le système cannier de Marie-Galante diffère de celui de la Guadeloupe continentale. En effet, la majorité des cannes y est coupée manuellement, ce qui génère d’énormes contraintes en termes de coûts et de temps. Cela doit être pris en compte pour la suite de la campagne sucrière de Marie-Galante, car la récolte des cannes a déjà pris du retard avec la panne de la SRMG, et à chaque jour qui passe, les cannes perdent en richesse saccharine. Nous parlons de 69 000 tonnes de cannes encore sur pied.

La CR Gwadloup manifeste aux côtés des planteurs

La Coordination Rurale de Gwadloup soutient les planteurs. Elle a interpellé la semaine dernière le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, le ministre des Outre-mer et la ministre chargée de l’Industrie à ce sujet. Les membres de la CR participent également aux manifestations des agriculteurs à Marie-Galante.

La Coordination Rurale de Gwadloup est attentive à l’évolution des différents scénarios de sortie de cette crise pour la campagne sucrière de 2021.

Scénario 1 : transfert des cannes à Gardel

Le scénario n°1 qui semble avoir été adopté, est celui où les cannes de Marie-Galante sont récoltées et envoyées à Gardel. Dans ce scénario, de nombreuses questions se posent, notamment liées aux contraintes logistiques du transport :

  • Quelle sera la capacité de transport quotidienne ? La Coordination Rurale de Gwadloup demande que les informations soient communiquées aux planteurs afin qu’ils puissent correctement prévoir leur calendrier de récolte.
  • Comment le coût du transport sera-t-il pris en charge ? En quelles proportions sera-t-il répercuté sur le prix de la production ?
  • Comment sera évaluée la richesse saccharine, étant donné que le retard qu’a pris la campagne sucrière a dégradé la qualité des cannes ?

Dans ce scénario, la Coordination Rurale de Gwadloup demande que les cannes soient préalablement pesées à l’usine SRMG afin d’évaluer le paiement du planteur, en se basant sur une richesse saccharine garantie à 10 et sur les références tonnages de 2020.

Scénario 2 : année blanche

Le scénario 2 consiste en un report de la coupe de cannes en 2022, et une année blanche pour la campagne sucrière 2021. Dans ce cas, la Coordination Rurale de Gwadloup demande :

  • Le maintien du paiement de l’Aide à la Garantie au Prix (AGP) sur la base des apports de 2020, soit 32 euros la tonne de canne ;
  • La mise en place d’une subvention pour la dératisation et l’entretien des parcelles.

 

La CR demande une commission d’enquête

Dans tous les cas, la Coordination Rurale de Gwadloup demande la mise en place d’une commission d’enquête afin d’éclaircir le problème technique rencontré par la chaudière de la SRMG. Cette panne est d’autant plus surprenante que l’usine avait investi un million d’euros pendant l’intercampagne afin d’effectuer réparations et opérations de maintenance.

La Coordination Rurale de Gwadloup demande également la mise en place d’une commission ad hoc dans les plus brefs délais, et se met à la disposition de tous les acteurs de la filière afin d’évaluer et de proposer la meilleure solution pour nos planteurs.

Nous tenons à rappeler les rôles social et sociétal essentiels que joue la SRMG au sein de Marie-Galante. Il serait désastreux de laisser cette situation se dégrader, notamment pour les 1 300 planteurs de cannes à sucre de l’île.