L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR de l’Allier a rencontré la députée Mme PEYROL suite aux épisodes de gel

La CR de l’Allier a rencontré la députée Mme PEYROL suite aux épisodes de gel

Suite aux divers épisodes de gel qui ont sévis le mois dernier, Madame PEYROL, députée de la 3e circonscription de l’Allier a souhaité échanger avec les responsables de la Coordination Rurale sur leurs propositions concernant une meilleure gestion des aléas climatiques. Alors que le ministre de l’Agriculture vient de présenter le Plan stratégique national, déclinaison nationale de la PAC, ce rendez-vous a été l’occasion pour les agriculteurs de revenir sur les positions de la CR.

Le président de la CR 03, François WALRAET, a abordé cette rencontre en rappelant l’origine et les fondements de la création de la PAC :

« Initialement, les aides de la PAC devaient compenser la baisse des prix liés à la régulation du marché. Par conséquent, nous devions accepter que nos produits soient moins chers, car en concurrence avec les produits venant du reste du monde. Aujourd’hui, ce contrat semble loin du pacte originel et les primes ne compensent plus les prix bas, assortis de contraintes environnementales et réglementaires qui ne cessent de se durcir.  À titre d’exemple, pour une même surface, je touche deux fois moins de primes que mon père il y a quinze ans, mais avec une multiplication des contraintes , alors qu’en parallèle les prix n’ont pas évolué. De plus, les aléas climatiques se sont accentués, les sécheresses répétitives, les épisodes de gel tardif et les inondations deviennent la norme et impactent toutes les productions. Notre système de gestion des aléas agricoles (climatique, parasitaire, financier) est à bout de souffle et ne permet plus d’indemniser correctement les agriculteurs. La logique voudrait que l’on soit d’abord dans un système de mesures préventives plutôt que curatives. »

Ainsi, les élus de la CR  ont suggéré à plusieurs députés, dont Madame PEYROL, la mise en place d’un plan de prévention des risques en agriculture qui pourrait permettre d’anticiper les conséquences de ces aléas climatiques à travers plusieurs axes :

– Anticiper les aléas climatiques en favorisant la constitution de stocks (réserve en eau, en foin) par la défiscalisation,

– Mettre en place une PAC moins rigide laissant la possibilité aux agriculteurs de faire face aux aléas climatiques sans subir de pénalités,

– Accélérer la recherche pour mieux faire face aux aléas climatiques,

– Favoriser une meilleure rémunération des producteurs.

Madame PEYROL, assez réservée sur les retenues d’eau car en attente d’études scientifiques sur leur impact, convient qu’il faut faire évoluer ce système. Les consommateurs doivent changer leurs comportements en achetant français et en assumant le prix de produits made in France qui intègrent un coût de production qui comprend les charges sociales induites.

Pour les élus de la CR, des outils utilisés de tout temps sont à portée de main, tels que la création de retenues d’eau ; il est inconcevable de ne pas s’en servir. Paradoxalement, des centaines de piscines se construisent chaque jour sans que cela n’interpelle personne !

Avec un cahier des charges et des contraintes grandissantes, les agriculteurs rencontrent de plus en plus de difficultés pour produire mais surtout pour vivre de leur travail. Les élus de la CR se montrent très inquiets quant à l’avenir de l’agriculture en France. Quelle place reste-t-il pour cette profession en France ?

Après 1h30 d’échanges, les élus de la CR ont remercié Madame la Députée pour son écoute et son attention.