L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR apporte un éclairage nouveau à la ministre de la Transition écologique

elisabeth-borne

La CR apporte un éclairage nouveau à la ministre de la Transition écologique

Les détracteurs des pratiques des agriculteurs et les polémiques ne font pas de pause et les sujets à aborder avec Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire étaient donc nombreux ce vendredi 6 septembre.

Il semblerait que la Coordination Rurale ait apporté de nouvelles informations et un nouvel éclairage sur les pratiques agricoles qui ont particulièrement intéressé la ministre. Il est fondamental que le ministère de la Transition écologique travaille de concert avec les agriculteurs pour apporter la reconnaissance nécessaire au travail de ces derniers.

Agriculture Bio

Le représentant de la section bio, Michel Le Pape, a rappelé que la Coordination Rurale était un syndicat généraliste et qu’à ce titre nous défendions un métier incluant toutes ses pratiques. Les différents modes de production ne doivent pas être opposés, au contraire, ils sont complémentaires tant sur les marchés que dans les expériences. À ce titre, la CR et sa section Bio s’opposent à l’interdiction d’utiliser sur des parcelles bio des fertilisants conventionnels répondant à des cahiers des charges précis.

Au sujet des méthaniseurs, il a été rappelé à la ministre la main-mise de grands groupes qui veulent s’accaparer certains sous-produits agricoles entravant ainsi les principes agronomiques en valorisant des déchets divers puis les envoyant sans contrôle sur les terres agricoles.

Produits phytopharmaceutiques

Le sujet des produits phytopharmaceutiques, sur lequel les agriculteurs sont très largement pointés du doigt, a amené la CR à mettre en cause la recherche et notamment sa responsabilité dans les impasses techniques que nous rencontrons tant en bio qu’en conventionnel.

Si l’État poursuit cette politique de suppression de molécules et encourage la chimie-phobie par des déclarations allant à l’encontre des rapports de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), il se doit de trouver des alternatives urgemment en portant une attention particulière et des moyens financiers importants à la recherche fondamentale.

La CR entendue sur le dossier Loup

Les grands prédateurs sont un autre dossier brûlant entre les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique. Si le comptage des loups est effectué à partir du décompte de leurs hurlements, cette méthode les excite et les rend plus agressifs encore. En réponse aux inquiétudes de la CR, la ministre a confirmé que les comptages auraient lieu quand tous les animaux domestiques seraient descendus des estives.

Pour l’ours, elle a assuré qu’il n’y avait pas de nouveau lâcher prévu, en réponse aux interrogations de la CR sur un potentiel remplacement.

De nombreux autres sujets ont été abordés en conclusion de cette entrevue : des protéines à l’article 44 de la loi EGA en passant par le lac de Caussade.

La ministre approuve les propositions de la CR en ce qui concerne le plan protéine, l’article 44 et la traçabilité. Si l’on assiste à un virage dans la perception des problèmes l’inaction demeure par peur de remettre en cause une politique ultralibérale et de déplaire au lobby écologiste de plus en plus puissant.