L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR03 rencontre B. ROJOUAN pour évoquer la Loi Climat

La CR03 rencontre B. ROJOUAN pour évoquer la Loi Climat

Encore une fois, le projet de loi « Climat et résilience », issu de la Convention Citoyenne pour le Climat, interroge le secteur agricole. Quatre points inquiètent particulièrement la CR 03 qui a de ce fait rencontré Monsieur ROJOUAN, sénateur membre de la commission aménagement du territoire et développement durable en charge de l’étude des propositions de la loi Climat :

1.La possible taxation des engrais azotés

Une nouvelle taxe mais dans quel objectif ? Pour François Walraet, président de la CR AURA, cette nouvelle taxe est difficilement acceptable par les agriculteurs. « Il s’agit d’un énième alourdissement de nos charges sans une juste valorisation de nos produits. À l’heure où les citoyens veulent diminuer l’élevage comment fertiliser les sols avec moins d’engrais et sans apport de fumure ? Si les Français veulent qu’on remplisse leur assiette avec des produits locaux, il sera nécessaire d’amender les sols en azote a minima. »

  2. Le renforcement de la judiciarisation de l’environnement

Dans un contexte de défiance à l’égard des agriculteurs et de multiplication d’actes de malveillance, la Coordination Rurale de l’Allier redoute que ces nouveaux motifs servent de prétextes à leurs détracteurs pour entraver l’activité agricole et que les exploitants soient ainsi la cible de plaintes « abusives ». L’État doit aujourd’hui stopper et non encourager cette image erronée de « l’agriculteur-pollueur », véhiculée par des associations environnementalistes.

Comme le souligne F. WALRAET : « Nous remplissons chaque jour l’assiette des Français et produisons des produits aliments de qualité avec des normes sanitaires et environnementales beaucoup plus drastiques que tous les autres pays ! L’agriculture française est une des plus respectueuses de l’environnement, arrêtons d’instiller le doute en permanence dans la tête des Français. »

  3. Des choix végétariens quotidiens dans les collectivités locales volontaires

F. WALRAET a rappelé la nécessité d’apporter quotidiennement aux enfants des aliments riches et variés. Cette mesure de menu unique relève pour la CR d’une idéologie et non d’une pratique plus vertueuse pour l’environnement. « Ce n’est pas en consommant du colin qui provient d’Alaska qu’on réduit notre empreinte écologique, il vaut bien mieux consommer du poulet produit à proximité ! », s’insurge-t-il.

  4. La lutte contre l’artificialisation des sols

L’artificialisation des terres est un combat permanent de la Coordination Rurale. Chaque année, 82 000 hectares de terres agricoles sont perdus. De nombreux agriculteurs sont expropriés de leurs terrains pour la construction d’une zone commerciale, d’une autoroute ou même d’une voie verte ! La CR 03 ne peut qu’encourager cette lutte contre l’artificialisation des sols, mais il faut aller plus loin en mettant en œuvre par des mesures plus fortes :

  • la suppression des aides à la construction et à l’acquisition d’un logement neuf si celui-ci ne

se situe pas dans une zone déjà artificialisée ;

  • l’interdiction d’étendre les zones pouvant être artificialisées dans un PLU si une densité de construction minimale dans les zones existantes n’est pas atteinte ;
  • la mise en place d’une compensation via renaturation de zones artificialisées lorsque la création d’une nouvelle zone commerciale ou industrielle est approuvée ;
  • la mise en place d’incitations nouvelles à la rénovation de logements existants.

Ce chapitre s’est conclu par une vision commune entre Monsieur ROJOUAN et la CR 03 : à quoi sert la démocratie et nos représentants élus s’ils doivent se substituer à des citoyens tirés au sort qui ne détiennent qu’une vision très partielle de notre société et donc de l’agriculture?

Si cette loi est votée en l’état elle ne pourra qu’aggraver une nouvelle fois le malaise des agriculteurs qui est grandissant comme l’illustre le rapport réalisé par un groupe de sénateurs « Suicides en agriculture : mieux prévenir, identifier et accompagner les situations de détresse » . F. WALRAET a souhaité pour conclure cette rencontre évoquer ce phénomène qui meurtrit les campagnes :« Ce rapport est assez complet mais il est nécessaire d’étoffer les mesures de prévention pour éviter ces suicides. »

Selon M. ROJOUAN, « Ce rapport met en évidence que le manque de revenu est le premier facteur de suicide dans le monde agricole ».

Pour la CR, plus largement, ce sont les conditions de vie des agriculteurs qui constituent les causes principales de ce malaise agricole : « C’est difficile d’avoir peu de revenu avec une charge de travail colossale dans une société où on nous vend du loisir en permanence ! », s’exclame F. WALRAET, « Quelles perspectives ont ces jeunes agriculteurs ? Quelle place ont-ils au sein de cette société ? »

Ainsi, la CR a souhaité demander la pérennisation du crédit d’impôt au titre des dépenses de remplacement pour congés de certains exploitants agricoles qui n’était à ce jour que temporaire (jusqu’en 2022) et qui pourtant constitue une réelle aide au répit pour ces exploitants qui travaillent sans relâche.

La CR 03 remercie Monsieur le Sénateur ROJOUAN pour son écoute bienveillante sur les nombreuses problématiques agricoles évoquées.