L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR 50 rencontre Monsieur Gérard GAVORY, préfet de la Manche

La CR 50 rencontre Monsieur Gérard GAVORY, préfet de la Manche

Jeudi 17 septembre, une délégation d’agriculteurs de la CR 50 a été reçue par Monsieur Gérard GAVORY, préfet de la Manche. Cette rencontre a permis de faire le point sur un certain nombre de problématiques départementales : les dégâts de gibiers, la cohabitation avec les néoruraux, la méthanisation et le dénigrement des agriculteurs.

Les représentants de la CR ont passé en revue la situation agricole du département. Ils ont expliqué qu’il existait de grandes des disparités au sein du département. Par exemple, pour ce qui est de la météo, certains ont subi de plein fouet la sécheresse ou les orages, pendant que d’autres réalisaient de bons rendements. De plus, les représentants de la CR 50 ont fait part au préfet de leur inquiétude face à la conjoncture économique était de plus en plus compliquée, tandis que, sur le terrain, la résignation s’amplifie de jour en jour. Cet état de fait soulève d’autant plus la question du devenir de leur profession, de plus en plus compromis.

Au sujet de la méthanisation, Jean Philippe Yon, président de la CR de la Manche, a rappelé que la CR est opposée à l’introduction de cultures concurrentes à l’alimentation humaine ou animale dans les dispositifs. Il a expliqué que pour la CR, il est inacceptable que l’agriculteur, ne tirant plus aucun revenu de sa production de nourriture, soit contraint de devenir un « énergiculteur ». La méthanisation doit être un complément de revenu pour les exploitations, via la valorisation des déchets et des résidus, mais elle ne doit pas venir se substituer à l’activité agricole. S’il ne s’agit pas d’empêcher les agriculteurs de développer une activité nouvelle de production d’énergie, en parallèle de leurs productions agricoles, il ne faut par contre pas que ce soit celle-ci qui leur permette de combler le déficit structurel de leur activité agricole, faute de prix rémunérateurs.

En ce qui concerne les dégâts de gibier, pour la CR a tenté de convaincre le préfet qu’il fallait davantage encadrer la prolifération de certaines espèces nuisibles. Les ragondins, les sangliers ou les corvidés, par exemple, créent des dégâts considérables et ne sont pas suffisamment régulés.

En ce qui concerne les ZNT, la cohabitation avec les néoruraux ou le dénigrement de l’agriculture, pour la CR a porté un message simple : les agriculteurs doivent rester souverains dans les campagnes. C’est eux qui entretiennent le sol, la nature, et surtout, ils respectent les normes imposées par l’Europe et par la France. Le dialogue et la communication sont essentiels pour qu’un bien-vivre ensemble puisse s’installer.

Les représentants de la CR ont salué l’écoute du préfet et l’ont invité à venir visiter l’exploitation de Madame Jean. Cette démarche a pour objectif de confronter les responsables politiques au d’être sur le terrain, en leur pour présentant une exploitation manchoise, ses chiffres et ses difficultés.