L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR 48 demande aux GMS plus de transparence sur leurs prix !

La CR 48 demande aux GMS plus de transparence sur leurs prix !

Retour sur cette journée de mobilisation du mardi 23 février 2021, avec au programme pour la Coordination Rurale de Lozère, une conférence de presse dans ses bureaux en fin de matinée et une action de contrôle des prix dans les grandes surfaces de Mende.

11h00 : conférence de presse dans les locaux de la CR 48

Organisée afin notamment d’annoncer l’action prévue l’après-midi même, cette conférence de presse a été l’occasion pour Alain Pouget, président de la CR 48, et Maria Baret, vice-présidente, de revenir sur la loi Egalim afin d’en dresser un bilan, un peu plus de deux ans après son l’adoption.

Adoptée fin 2018, la loi Egalim devait notamment permettre une juste rémunération par un effet de « ruissellement » des GMS vers les producteurs. Or, le prix payé à l’agriculteur est globalement toujours la variable d’ajustement. « Parce qu’elle n’impose pas de réelles contraintes aux GMS ni aux industriels, parce que l’article 44 qui interdit l’importation de produits ne répondant pas à nos normes n’est toujours pas appliqué, la loi Egalim est un coup d’épée dans l’eau », résume Maria Baret.

Les GMS ont certes déjà œuvré pour mettre en avant les produits locaux. Mais pour eux, c’est une vitrine, alors que pour les agriculteurs, c’est l’arbre qui cache la forêt.

« L’action prévue cet après-midi découle de ce constat. On demande aux GMS qu’ils nous expliquent comment sont construits leurs prix et quelle part revient réellement à l’agriculteur. », explique Alain Pouget qui ajoute : « Le terme de « prix abusivement bas » est une duperie qui pourrait laisser penser que les agriculteurs acceptent les prix bas. Non, le but est de dénoncer les prix bas et de demander des prix rémunérateurs pour permettre aux exploitants agricoles de vivre de leur métier ! ».

Cette conférence de presse a également été l’occasion d’aborder le sujet de la PAC et de la volonté du gouvernement de « laver plus vert que vert » sans se soucier de savoir si l’agriculture française reste productive. Le Plan national stratégique (PSN) ne doit pas devenir un cahier de contraintes pour les agriculteurs français au sein même de l’Union européenne !

Enfin, la conférence s’est orientée sur le volet sociétal et la plainte contre X déposée par la CR 48 suite aux travaux d’effacement du seuil du Moulin de la France qui ont eu lieu durant l’été 2020 entre les communes de Barjac et Cultures.

Conférence presse CR 48

14h00 à l’Hyper U de Mende

Le rendez-vous était donné pour les agriculteurs de la CR 48 qui ont pu rencontrer la direction de l’enseigne avant de constater les prix de différents produits tels que le lait, la viande ou les produits laitiers. Dans un esprit de pédagogie, la CR 48 a demandé plus de transparence sur les marges de chaque intermédiaire et la part qui revient réellement à l’éleveur. Un courrier sera transmis à l’enseigne réexpliquant cette démarche.

Les éleveurs présents ont étiqueté des produits tels que des cuisses de poulet vendues en promotion à 2,65€/kg, du lait « J’aime le lait d’ici » vendu à 0,65€/L, le lait de marque distributeur proposé à 0,74€/L afin d’indiquer au consommateur que ces produits ne permettent pas aux agriculteurs de vivre de leur métier.

15h30 à l’Intermarché de Mende

Autre enseigne mais même discours constructif de la part de la CR 48 qui ont poursuivi leur action à Intermarché. Une fois de plus, les éleveurs ont étiqueté du lait « Bourg fleuri » vendu à 0,65€/L, et des poulets PAC Label Rouge proposés à 5,50€/kg. Mais au-delà de ces produits, l’accent a été mis sur la promotion de viande bovine qui met en avant des faux filets vendus à 9,90€/kg alors que l’enseigne concurrente en propose à 12,90€/kg. Comment les éleveurs peuvent-il être rémunérés avec un tel prix de vente ? Le responsable d’Intermarché annonce ne pas se faire de marge sur ces produits pour attirer les clients.

 

16h30 au Leader Price de Mende

Enfin, les éleveurs de la CR 48 se sont rendus au Leader Price de Mende où le constat est le même : des prix bas sur la volaille (cuisses de poulet proposées à 2,16€/kg) le lait et les produits laitiers (lait vendu à 0,71€/L).

Bilan de la journée

Tous les produits et prix relevés seront envoyés à l’adresse e-mail signalement@agriculture.gouv.fr afin de signaler des produits vendus à des prix bas qui ne permettent pas une rémunération des agriculteurs.

La CR 48 demande aux enseignes plus de transparence sur la construction du prix et la part reversée aux agriculteurs.